Thomas Hardy, peintre hollandais??

Isabelle Gadoin
2010 Études anglaises  
Distribution électronique Cairn.info pour Klincksieck. © Klincksieck. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... t interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -08/02/2020 23:29 -© Klincksieck Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -08/02/2020 23:29 -© Klincksieck Isabelle GADOIN Thomas Hardy, peintre hollandais ? Bien des critiques ont noté la référence insistante aux « scènes de genre » et à la peinture de paysages des écoles flamande et hollandaise dans les premiers romans de Thomas Hardy. Pourtant, la plupart des études sur la question se sont efforcées de rattacher la référence aux Écoles de peinture des pays du nord aux préoccupations réalistes de l'auteur, et à son intérêt pour les scènes de la vie quotidienne. Cet article tente de prendre le contre-pied de ces lectures à la fois référentielles et naturalistes, pour montrer que, dans Far from the Madding Crowd, le modèle pictural fonctionne comme « schème », ou principe structurant, plutôt que comme thème. Il constitue peu à peu un réseau de métaphores qui se font écho dans le texte, et déploient progressivement des effets de nature poétique, et parfois fantastique, plutôt que réaliste. À travers la question du pictural, c'est donc la poétique globale de l'auteur qu'il s'agit de réexaminer. Many critics have noted the extremely visual quality of Thomas Hardy's descriptions, and the wealth of references to "genre" and landscape paintings of the Dutch and Flemish Schools in his early novels. But most of those studies-with the notable exception of J.B. Bullen's very perceptive book on Hardy's "expressive eye"-have related this "pictorial" strategy to the novelist's attempts to render the life of ordinary rural folk, and more generally, pictures of "low life." This study proposes to show, on the contrary, that references to the painter's art in Far from the Madding Crowd work as indirect allusions to visual or "iconological" structures, rather than explicit references to individual works. Those allusions unite to create a rich metaphorical undercurrent, which goes against any type of realistic or naturalistic ambition. This figurative strategy may help us re-assess Hardy's poetics, in terms of subjective perception and intensity of vision-that is, as illustrative of the poet's craft, already to be felt under the surface of his very first novels. Le premier roman publié par Thomas Hardy, Desperate Remedies (1871), pèche par ses excès sensationnalistes et son intrigue aussi touffue que décousue. Mais dès cette première publication qui peinait encore à trouver son style et sa voie, les critiques (par ailleurs assez féroces) s'accordèrent à louer l'art de la description et la vivacité des évocations rurales, qui rappelaient « the paintings of Wilkie and still more perhaps ... those of Teniers » (Bullen 43). Le rapprochement entre le peintre écossais David Isabelle GADOIN, Thomas Hardy, peintre hollandais ?, ÉA 63-3 (2010) : 289-304. © Klincksieck. Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -08/02/2020 23:29 -© Klincksieck Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -08/02/2020 23:29 -© Klincksieck
doi:10.3917/etan.633.0289 fatcat:eshj7c2r6nhjjnctsfy3syofa4