Le modèle de l'univers de Storrs McCall. Storrs McCaII, A Model of the Universe, New York, Oxford University Press, 1994

Louis Marchildon
1995 Philosophiques  
Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter en ligne. [https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politiquedutilisation/] Cet article est diffusé et préservé par Érudit. Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à Montréal. Il a pour mission la promotion
more » ... ission la promotion et la valorisation de la recherche. www.erudit.org Tous droits réservés © Société de philosophie du Québec, 1995 PHILOSOPHIQUES, VOLXXII, NUMÉRO 2, AUTOMNE 1995, P. 473-480 LE MODÈLE DE L'UNIVERS DE STORRS McCALL par Louis Marchildon !.Introduction Dans son récent ouvrage, Storrs McCaIl propose un modèle de la structure quadridimensionnelle de l'univers physique. Le modèle a pour but de contribuer à résoudre un certain nombre de problèmes philosophiques difficiles, tels la flèche du temps, la nature de la causalité et des lois scientifiques, l'interprétation de la mécanique quantique, la nature des probabilités et des énoncés contrefactuels et le problème du libre arbitre. McCaIl admet d'emblée (p. 1) que le modèle peut sembler, à première vue, extravagant. Mais, dit-il, telle spéculation est permise si le modèle proposé est précis et détaillé, et s'il contribue à éclairer certains problèmes réfractaires. Dans la mesure où le modèle fournit la meilleure explication de ces problèmes, on pourra même conclure qu'il représente correctement la structure de l'univers physique (p. 6, 18-19). McCaIl s'est assigné une tâche difficile, et nous devons aborder son ouvrage avec ouverture d'esprit. On doit cependant l'examiner avec toute la rigueur scientifique et philosophique. Au terme de cet examen, on ne pourra conclure, à mon avis, qu'à l'échec du modèle. En particulier, je crois pouvoir montrer que le modèle présente une contradiction majeure, et que les explications qu'il fournit sont, le plus souvent, illusoires.
doi:10.7202/027348ar fatcat:brlykeynyzf6tcovnl43gb3uia