MicroARN et physiopathologie intestinale

Eric Ogier-Denis, Magali Fasseu, Alain Vandewalle, Marc Laburthe
2007 M S.Médecine Sciences  
En 1993, Ambros et al. ont rapporté que lin-4, un gène de C. elegans, ne codait pas pour une protéine mais pour un ARN d'environ 20 nucléotides dont l'invalidation affectait le développement du ver [1] . D'abord perçus comme une « bizarrerie » propre à C. elegans, des petits ARN sont maintenant décrits dans tout le phylum. De façon remarquable, certains d'entre eux sont très conservés au cours de l'évolution. Les membres de cette nouvelle classe d'ARN ont été collectivement appelés microARN ou
more » ... iARN. On estime actuellement qu'il en existe au moins 500 chez l'homme (pour revue, voir [2-5]). Les miARN sont majoritairement issus de transcrits produits par l'ARN polymérase II (Pol II) : il peut s'agir de transcrits autonomes (l'information génétique étant celle du miARN) ou de transcrits mixtes (comprenant une région codante et un miARN contenu dans un intron ou dans une région 3' non codante). Cependant, une étude récente démontre que l'expression de certains miARN requiert l'ARN polymérase III, suggérant que la connexion entre les miARN et les éléments transposables (séquences Alu) est plus importante qu'initialement admise [6] . Les miARN sont synthétisés sous forme d'ARN précurseurs de grande taille dont la maturation fait intervenir deux RNases III, Drosha et Dicer (Figure 1) [7-10]. En conjonction avec son partenaire DGCR8 [11, 12] , Drosha convertit, dans le noyau, un transcrit primaire (pri-miARN) en une structure en épingle à cheveux irrégulière d'environ 70 nucléotides (pré-miARN). Une fois transféré dans le cytoplasme par l'exportine 5, le pré-miARN est pris en charge par Dicer qui façonne un intermédiaire de maturation dont un seul des deux brins formera le miARN mature (Figure 1 ) [13, 14] . Au cours de ce processus de maturation, les miARN interagissent avec des protéines spécifiques pour former un complexe ribonucléoprotéique stable dénommé RISC-miRNP (RNA-induced silencing complex-micro-ribonucleoprotein). Au sein de ce complexe, le miARN interagit avec des séquences complémentaires de la partie 3' UTR des ARNm cibles. Les modalités d'action de RISC-miRNP sont encore mal comprises, mais semblent dépendre de la complémentarité du duplex miARN:ARNm mise en jeu et de la nature des protéines adaptatrices Argonautes qui le composent. Si cette complémentarité est totale, RISC-miRNP induit alors un clivage endonucléolytique au milieu de l'hybride miARN:ARNm entraînant la dégradation rapide de l'ARNm (Figure 1 ). En revanche, si cette complémentarité est partielle, l'inhibition de la traduction de l'ARNm cible est favorisée et la stabilité de la cible peut > Les microARN (miARN) constituent une classe de petits ARN non codants d'environ 20 nucléotides qui contrôlent négativement l'expression d'ARN messagers cibles. Les eucaryotes multicellulaires utilisent les miARN pour contrôler leurs fonctions vitales, différenciation, prolifération ou apoptose. La diversité des miARN et le nombre considérable de leurs ARN messagers cibles en font des acteurs importants de la régulation de l'expression génique. Des études récentes ont révélé que l'expression anormale des miARN représente une caractéristique commune des cellules cancéreuses et que ces miARN peuvent fonctionner comme des gènes suppresseurs de tumeur ou des oncogènes. Cette revue fait le point des travaux portant sur l'implication des miARN dans la pathogénie des cancers colorectaux. Le rôle des miARN dans le contrôle de l'inflammation et leur implication potentielle dans les pathologies inflammatoires intestinales sont aussi discutés. <
doi:10.1051/medsci/2007235509 pmid:17502067 fatcat:pfvcfehrhvfqnp733ofcbfxtwy