La protection des forêts alluviales : un défi majeur confronté à de multiples blocages

R. CARBIENER
1991 Revue Forestière Française  
Les forêts alluviales des grands fleuves préalpins (Rhône, Rhin, Danube, Tessin, Pô) et, dans une moindre mesure, d'autres fleuves (Loire, Garonne, Seine . . .) sont fortement différenciées vis-à-vis des forêts zonales . L'absence de contraintes limitantes de nature hydrique, nutritionnelle, est liée à leur statut d'écosystème ouvert, régulièrement approvisionné en eau (surabondante en pleine saison de végétation pour les couloirs fluviaux préalpins à régime hydrologique nival) et en nutriments
more » ... à partir des bassins versants . D'où le rôle exceptionnel qu'y jouent des partenaires ligneux à très fort potentiel de croissance juvénile (Ormes, Frênes, Peupliers, Chêne pédonculé, nombreux bois tendres) qui s'imposent dans les cycles sylvigénétiques malgré leur caractère héliophile et tolérant pour les partenaires dominés. Les privilèges thermiques des couloirs fluviaux préalpins font le reste . Les forêts alluviales des climats chauds sont d'ailleurs considérées comme les ' berceaux » des Angiospermes (in Adams, 1989 ; voir aussi Salo et al., 1986 ; Grubb, 1987) .
doi:10.4267/2042/26285 fatcat:5fadlfimxzcrzn7s3gw73fqxca