Lièvre et lapin à Regourdou (Montignac-sur-Vézère, Dordogne, France) : études paléontologique et taphonomique de deux accumulations osseuses d'origine naturelle

Maxime Pelletier, Aurélien Royer, Trenton Holliday, Bruno Maureille
2015 Paleo  
Depuis la fin du XIX e siècle, l'Europe occidentale a fait l'objet de très nombreux travaux pour étudier les modes de subsistance des sociétés préhistoriques. À partir du Paléolithique moyen, les Hommes vont alors s'intéresser au petit gibier, tels que les léporidés, taxons relativement abondants sur ce territoire. Or, distinguer l'origine de leur accumulation dans un site archéologique ne constitue pas une tâche aisée tant les agents pouvant en être responsables sont nombreux (i.e. mortalité
more » ... x (i.e. mortalité naturelle, humains, carnivores terrestres, rapaces nocturnes ou diurnes). Dans cette contribution, nous avons mené des études taphonomique et paléontologique sur les léporidés de Regourdou, gisement moustérien ayant livré le squelette d'un Néandertalien. Les indices recensés suggèrent qu'aucun prédateur n'est intervenu dans les processus d'accumulation des restes de lièvres et de lapins, mais leurs assemblages seraient dus, respectivement, à une mortalité naturelle de type accidentelle et de type attritionnelle. La mise en évidence du premier processus montre que la cavité aurait fonctionné comme un aven-piège à un moment donné de son histoire, tandis que le second révèle l'existence d'une Garenne in situ, interprétée comme la dernière occupation du site durant le MIS 4 ou 3, avant la fin du comblement sédimentaire. Les variations morphologiques et de taille corporelle des individus permettent également de préciser les changements d'ordre paléo-environnementaux depuis le début du fonctionnement du site, confirmant l'attribution des niveaux inférieurs à la période tempérée du MIS 5, et les niveaux supérieurs à une phase plus récente du MIS 4 ou 3. Mots-clés : taphonomie, paléontologie, morphométrie géométrique 2D, mortalité attritionnelle, mortalité accidentelle, Lepus timidus, Oryctolagus cuniculus. Abstract: Hares and Rabbits at Regourdou (Montignac-sur-Vézère, Dordogne, France): Paleontological and Taphonomic Study of Two Naturally-Occurring Accumulations of Bones Since the end of the nineteenth century, a great deal of work studying subsistence patterns of prehistoric societies in Western Europe has been done. During the Middle Paleolithic, humans were interested in small game, particularly the Leporidae, taxa that were abundant in their territories. However, distinguishing the exact nature of their origin in an archaeological site is not an easy task, given that numerous agents could be responsible for their accumulation (i.e., natural mortality, acquisition by humans and/or other terrestrial carnivores, or even nocturnal or diurnal raptors). In this contribution, we put forth a new taphonomic and paleontological study of the leporids of Regourdou, a Mousterian site that has yielded a Neandertal skeleton. This study suggests that no predators were involved in the accumulation of the hare or rabbit remains, but rather that they are due to natural (a) Aix Marseille Université, CNRS, Ministère de la culture et de la communication, LAMPEA UMR 7269, FR-13094 Aix-en-Provence -
doi:10.4000/paleo.2962 fatcat:s5ke3gftanebjcmp2fv3esatvy