De l'origine encore incertaine de la Covid-19 au risque d'un réservoir animal du SARS-Cov2 ou de ses variants dans le futur : une revue

Jeanne Brugère-Picoux, Eric Leroy, Serge G. Rosolen, Jean-Luc Angot, Yves Buisson
2021 Bulletin de l Académie vétérinaire de France  
Bien que l'émergence de la Covid-19 en Chine n'ait pas été clairement élucidée, l'hypothèse d'une origine animale reste la plus probable. Elle est étayée par la présence de la chauve-souris fer à cheval suspectée d'être le progéniteur du SARS-CoV-2 et par la raréfaction de la viande de porc, due à la peste porcine africaine, détournant les consommateurs vers des animaux exotiques d'élevage vendus sur les marchés. Au cours de cette pandémie, plusieurs espèces animales ont été atteintes par le
more » ... S-CoV-2. Des cas sporadiques ont d'abord été rapportés chez des animaux de compagnie (chiens et chats) contaminés par leurs propriétaires, puis des grands félins et des gorilles contaminés dans des zoos par leurs soigneurs. La transmission la plus importante de l'Homme à l'animal a eu lieu dans les élevages de visons, surtout aux Pays-Bas et au Danemark, nécessitant l'euthanasie de plusieurs millions d'animaux, les visons ayant, à leur tour, contaminé des hommes et des chats errants. L'étude des transmissions naturelles ou expérimentales du SARS-CoV-2 a permis d'identifier les espèces animales les plus réceptives : les visons d'Amérique et les chiens viverrins, et dans une moindre mesure les chats errants, qui pourraient devenir un réservoir animal en raison de leur sensibilité à ce virus et de leur prolificité. La Commission européenne a décidé le 17 mai 2021 de renforcer la surveillance des infections par le SARS-CoV-2 chez les visons et d'autres mustélidés, ainsi que chez des chiens viverrins, en soulignant que l'évaluation épidémiologique du risque que présente l'apparition du SARS-CoV-2 chez ces espèces sensibles était une priorité de santé publique.
doi:10.3406/bavf.2021.70954 fatcat:vwbi267sarcclidruoyfqtwhki