La fondation de Rome : lectures de la tradition

Bernadette Liou-Gille
2005 Histoire urbaine  
Distribution électronique Cairn.info pour Société française d'histoire urbaine. © Société française d'histoire urbaine. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de
more » ... uelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. nous découvrons grâce à ces divers éléments est moins une histoire événementielle que l'histoire d'une communauté dans son évolution, même s'il arrive que l'on retrouve dans le sol la trace précise d'événements marquants (mur de fondation). Rome a été fondée, selon la tradition, au milieu du viii e siècle, à une date qui correspond, selon le comput de Varron, à 753 a. C. 2 . Mais il vaut la peine qu'on s'intéresse brièvement au passé préromain de la cité avant cette date, qui est d'ailleurs conventionnelle 3 . Car Rome existe virtuellement bien avant sa fondation officielle : les sites qu'elle occupera plus tard sont habités avant le viii e siècle par des communautés qui deviennent mythiques 4 avec le temps. Ces villes, en ruines déjà au temps de la guerre de Troie, dateraient, selon les Anciens, « du temps que les dieux vivaient encore parmi les hommes ». Plus tard, à l'âge héroïque 5 , la petite cité de Pallantée, est fondée, à mi-pente du Palatin, par l'Arcadien Évandre, qui s'allie au prince troyen Énée. Chaque communauté, si petite qu'elle soit, constitue un « État » indépendant, une cité (ciuitas), pas seulement une agglomération (urbs). Menacées par leurs voisins, qui convoitent leurs maigres moissons et leur bétail, certaines bourgades, installées sur les collines du futur site de Rome, se fédèrent, formant la ligue du Septimontium, religieuse plus encore que politique 6 . On n'en connaît pas la date de fondation 7 , tout en pensant qu'elle pourrait être antérieure à celle de Rome. Ces bourgades, avalées par l'expansion romaine, gardent longtemps une certaine indépendance jusqu'à ce qu'elles deviennent de simples quartiers de la ville. 68 / Histoire urbaine -13 / août 2005 Celle du Palatin, appelée à un grand destin, occupe dans la liste du Septimontium 8 la première place 9 , sans la devoir apparemment à l'ancienneté de son peuplement 10 . C'est elle qu'on appelle la « Rome de Romulus ».
doi:10.3917/rhu.013.0067 fatcat:zrnaajobrbcqtcgivwzg54mxzq