« La société n'a pas intérêt à ce que des bâtards soient reconnus » (Napoléon)

Josée Bloquet
2012 Napoleonica La Revue  
Distribution électronique Cairn.info pour La Fondation Napoléon. © La Fondation Napoléon. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit,
more » ... ière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 21:41 -© La Fondation Napoléon Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 21:41 -© La Fondation Napoléon Josée Bloquet, « 'La société n'a pas intérêt à ce que des bâtards soient reconnus' (Napoléon) », Napoleonica. La Revue, n°14, juillet 2012 50 « la socIété N'a pas INtérÊt À ce Que des BÂtards soIeNt recoNNus » (NapoléoN) par Josée BloQuet résumé Napoléon faisait du droit familial, et plus particulièrement de l'établissement de la filiation ainsi que des droits de l'enfant naturel, une question éminemment politique. Selon l'esprit du Code civil, le rétablissement de l'ordre familial, passant par une distinction entre enfants légitimes et enfants naturels, constituait assurément l'un des ferments de la restauration de l'ordre social. Mais, si l'intérêt général impliquait, pour reprendre le terme de Cambacérès, le sacrifice des droits des enfants nés hors mariage, de nombreux tribunaux d'appel s'inquiétaient du sort qui leur était réservé. Après l'égalité successorale que le droit intermédiaire leur avait reconnue, ils craignaient que la codification de 1804 ne tombât dans un excès de sévérité. Ils veillaient ainsi à ce que le Code fît preuve d'équité, notamment dans la fixation des aliments au profit des enfants adultérins et incestueux, comme de la portion à laquelle les enfants naturels simples pouvaient prétendre dans la succession de leurs parents. Il n'en reste pas moins que, si la législation civile accordait une protection à ces enfants sans bien évidemment les assimiler aux enfants légitimes, elle demeurait guidée, dans une vision utilitariste, par la préservation de l'ordre social. aBstract Napoleon made family law, notably the establishment of filiation and the rights of children born out of wedlock, an eminently political matter. In the spirit of the Code civil, the re-establishment of the family, passing via a distinction between legitimate and illegitimate children, was to be the germ of the restoration of social order. But whilst general interest implied, in Cambaceres' words, the sacrifice of the rights of children born outside marriage, many appeal courts were concerned regarding what would happen to these children. They feared that the codification of 1804 would be excessively harsh in depriving them of the successoral equality that Revolutionary law had granted them. They were as a result careful to make the Code as egalitarian as they could in this respect, notably in the setting of "aliments" for children born in adultery or from incest at the same level as that which illegitimate children could expect to inherit from their parents. The fact is, whilst civil legislation granted these children protection although without putting them on the level of legitimate children, it was nevertheless guided in its utilitarian vision by the desire to preserve social order. Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 21:41 -© La Fondation Napoléon Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 21:41 -© La Fondation Napoléon Josée Bloquet, « 'La société n'a pas intérêt à ce que des bâtards soient reconnus' (Napoléon) », Napoleonica. La Revue, n°14, juillet 2012 51 « la socIété N'a pas INtérÊt À ce Que des BÂtards soIeNt recoNNus » (NapoléoN) 1 par Josée BloQuet* « Injure la plus grossière » aux lois de la société pour le Premier Consul 2 , le mot « bâtard » désignait, selon la définition du Dictionnaire de l'Académie française (1778), celui « qui [était] né hors de légitime mariage » 3 . Synonyme d'« enfant naturel », ce terme ne recouvrait pas pour autant, aussi bien en matière de filiation qu'en droit successoral, une condition homogène 4 . Le droit distinguait entre, d'une part, les enfants naturels simples, « qui [étaient] nés de deux personnes libres, [...] non engagées dans le mariage » et, d'autre part, « ceux qui [étaient] nés d'autres conjonctions plus criminelles », c'est-à-dire les enfants adultérins et incestueux. Pour les premiers, « le père ou la mère, ou tous les deux, étaient engagés dans le mariage », pour les seconds, « le père et la mère étaient parents à un degré auquel le mariage [leur était] prohibé » 5 .
doi:10.3917/napo.122.0050 fatcat:55xxxi7s3fcg5mmce66nn4vg6i