Les séparations intra-psychiques du milieu de la vie et le syndrome du nid vide

Jacqueline Schaeffer
2008 Cahiers de psychologie clinique  
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il
more » ... ueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Je commencerai par poser le cadre d'une réflexion que je poursuis depuis plusieurs années, et qui regarde la différence des sexes. Je précise que dans la définition du féminin que j'adopte, le féminin ne se définit que par rapport au masculin, et qu'il s'agit d'une co-création. Je renvoie à mes travaux sur « Le refus du féminin » 1 . Il importe de repérer ce qui est commun aux deux sexes, dans une négation, dans un refus du féminin, à savoir les défenses anales et phalliques, au service du narcissisme. Le couple masculin-féminin ne peut advenir chez chacun d'eux et dans leur relation qu'avec l'intégration et le dépassement de ces positions, même si tous les conflits tendent à y ramener de manière régressive. Du côté des hommes, on peut distinguer le narcissisme anal, celui du muscle, du contrôle et de la maîtrise, qui peut s'exercer également sur la domination et la domestication de la femme, et le narcissisme phallique, le « machisme » ordinaire, basé sur le mépris de la femme considérée comme châtrée et donc menaçante pour le « phallique » de l'homme, c'est-à-dire le surinvestissement narcissique de son pénis. 1 J. Schaeffer : Le refus du féminin (La sphinge et son âme en peine),
doi:10.3917/cpc.031.0089 fatcat:5y2zdo5nnjailkeshuhh3nrgpm