Variabilite et fluctuation de la composition des inflorescences et des grappes chez quelques varietés de Vitis vinifera

P. Huglin, J. Balthazard
2016
Dans un milieu défini, les possibilités de production d'une variété de Vigne sont déterminées par le nombre moyen d'inflorescences par rameau ou fertilité moyenne des bourgeons latents laissés à la taille et par le poids moyen des grappes à la récolte. Cette dernière caractéristique peut se décomposer en plusieurs facteurs: • nombre de fleurs • nombre de baies par grappe • poids moyen des baies. Chacun de ces caractères constitue d'ailleurs un problème particulier pour le sélectionneur. La
more » ... ectionneur. La variabilité de la composition des inflorescences et des grappes entre variétés est un fait bien connu. Des données -concernant les cépages cultivés en Alsace se trouvent dans les différents tableaux du texte. La fluctuation de ce caractère a été beaucoup moins étudiée et des observations effectuées en 1959, 1960 et 1968 sur des branches à fruits d'une douzaine de bourgeons, ont permis de dégager les faits suivants: • Le nombre de fleurs par inflorescence de même rang augmente considérablement avec le rang des rameaux sur les branches à fruits (exemple 1959 - Gewurztraminer: rameau de la base, N = 65, lOe rameau, N = 137). Dans le processus d'induction florale la détermination du nombre de fleurs semble être plus tardive que celle du nombre d'inflorescences primordiales. • Sur un m~me rameau il est possible de trouver 1, 2 ou 3 inflorescences. Le nombre de fleurs N par inflorescence diminue considérablement avec le rang des inflorescences Nl > N2 > N3. (Ex. Riesling 1960: Nl = 271, N2 = 242, N3 = 157). • Les inflorescences de rang 1 sont les plus fournies sur des rameaux à 3, puis à 2 inflorescences. (Ex. Silvaner 1968: Nl-3 infl. = 295, Nl-2 infl. = 227, Nl-1 infl. = 108). • Chez la majorité des cépages il existe une corrélation négative entre le nombre de fleurs par inflorescence et le pourcentage de nouaison. De ce fait, la fluctuation du nombre de baies est beaucoup plus réduite que celle du nombre de fleurs. • L'ablation, avant la floraison, d'une inflorescence sur 2 ou sur 3, est sans influence sur la nouaison des au [...]
doi:10.5073/vitis.1975.14.6-13 fatcat:pweqvzp3lvhnpgojdxnrx26uzm