Défigement des phrasèmes dans la poésie moderne : Étude comparative français-catalan

Yauheniya Yakubovich, Dolors Català Guitart, Franck Neveu, Peter Blumenthal, Linda Hriba, Annette Gerstenberg, Judith Meinschaefer, Sophie Prévost
2014 SHS Web of Conferences  
Nous adoptons ici la même approche mais nous limitons notre analyse à deux langues romanes 1 , le français et le catalan. Pour ce faire, nous structurons notre article de la manière suivante : nous entamons l'étude par un bref état de la question et par l'introduction de l'appareil conceptuel de base ; puis, nous passons aux typologies de défigement que nous avons établies en nous appuyant sur des corpora multilingues de phrasèmes défigés que nous avons constitués, et nous terminons par la
more » ... rminons par la description et la comparaison de plusieurs exemples de phrasèmes défigés des deux langues. Article en accès libre placé sous licence Creative Commons Attribution 4.0 Article en accès libre placé sous licence Creative Commons Attribution 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0) Les locutions, contrairement aux collocations, sont des phrasèmes non compositionnels. On les subdivise en trois sous-classes en fonction de l'inclusion du sens des composantes dans le sens de la locution (Mel'čuk, 2013 : 134). Ainsi, une locution forte n'inclut dans son signifié total aucun des sens de ses Article en accès libre placé sous licence Creative Commons Attribution 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0) Nous avons décidé, donc, de répartir les phrasèmes défigés, premièrement, selon le mécanisme de transformation qu'un phrasème initial subit (ou un phrasème source, si l'on emprunte le terme de Polguère, 2007) ; deuxièmement, selon la classe à laquelle un phrasème source appartient ; et, finalement, selon la catégorie grammaticale (G. Gross, 1996) , ou la fonction syntaxique qu'un phrasème source a dans la phrase. Comme on peut le voir, tous ces classements partent du phrasème source et pas de l'énoncé cible (i.e. énoncé résultant). En catalan, nous retrouvons le même phénomène. Ainsi, Marta Pessarrodona i Artigues (Pessarrodona in P. Ballart & J. Julià (dirs.), 2012), intitule le poème qu'elle a écrit en mémoire d'Amàlia Soler, Bella dama coneguda. La poétesse manie une dénomination typique des portraits de belles femmes dont le nom est resté inconnu pour l'histoire, Bella dama desconeguda , en la défigeant par l'affirmation belle femme connue. Dans ce nom propre complexe, la composante adjectivale est substituée par son antonyme 12 dans le but de nous faire comprendre que, contre toutes nos attentes, la dame, décrite dans le poème, n'est pas méconnue. Comme le prouve ce dernier exemple, la composante nominale n'est pas le seul élément apte à être substitué afin de parvenir à un effet stylistique et sémantique. À titre d'exemple, chez Prévert, le déterminant, remplacé dans le collocatif, sert à adapter la collocation à la situation : le bourreau et les jurés se ressemblent comme treize gouttes d'eau (Le pays des sosies ; Prévert, 1980) Article en accès libre placé sous licence Creative Commons Attribution 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0) L'exemple de Brassens montre comment le croisement du signifié d'un proverbe avec celui d'une collocation non standard attribue un nouveau sens au proverbe : Laissez-les dire encore qu'à la cour d'Angleterre, Faisant la révérence aux souverains Anglois Vous êtes, patatras ! tombée assise à terre : La loi d' la pesanteur est dure mais c'est la loi (Vénus Callipyge ; Brassens, 1973) {Phrasèmes sources : collocation décrite par la FL adjectivale non standard LOI de la pesanteur + unité phrastique type proverbe La loi est dure mais c'est la loi (lat. Dura lex sed lex) ; axe de croisement : composante nominale loi} Article en accès libre placé sous licence Creative Commons Attribution 4.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0) Blanco, X. (2013). Le défigement des collocations comme recours stylistique. In Cahiers de Lexicologie. Revue internationale de lexicologie et de lexicographie, 102, pp. 207-225. Congrès Mondial de Linguistique Française -CMLF 2014 SHS Web of Conferences 13 Dans le TLF i , la définition est plus précise du point de vue linguistique : le zeugma consiste à rattacher syntaxiquement à un mot polysémique deux compléments ou plus qui ne se construisent pas de la même façon ou qui ne correspondent pas au même emploi de ce mot.
doi:10.1051/shsconf/20140801150 fatcat:ek5cwlmojzan3aqa7qyyzrpqey