Des quartiers relégués au contrôle des prisons : l'action libre d'un haut fonctionnaire

Gilles Chantraine, Renaud Epstein
2016 Mouvements  
Distribution électronique Cairn.info pour La Découverte. © La Découverte. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite
more » ... , est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. 136 • mouvements n°88 hiver 2016 * Membre du comité de rédaction de la revue Mouvements. * Membre du comité de rédaction de la revue Mouvements. Jean-Marie Delarue a été contrôleur général des lieux de privation de liberté de 2008 à 2014. Premier titulaire du poste, il a permis à cette autorité administrative indépendante chargée de veiller au respect des droits fondamentaux dans les lieux d'enfermement de trouver sa place dans le paysage administratif français. Son action a marqué le débat autour de la prison grâce à son indépendance et sa capacité à rendre visibles des problèmes et audibles des personnes qui étaient tenus à l'écart du débat public. Mouvements a souhaité interroger ce haut fonctionnaire atypique qui, par le courage de ses prises de position, a construit un parcours au service de l'Etat et des citoyen.ne.s trop rare dans les cercles de la décision publique. En revenant sur son itinéraire, de la faculté de Vincennes à l'ENA, de la Délégation interministérielle à la Ville au Contrôle général des lieux de privation de liberté en passant par la Direction des libertés publiques du ministère de l'Intérieur, Jean-Marie Delarue nous livre une réflexion critique sur l'exclusion et l'enfermement, mais aussi sur les transformations de l'État et la formation intellectuelle de ceux et celles qui le dirige. Mouvements (M.) : Dans vos prises de position publiques comme dans les rapports que vous avez signés, on trouve de nombreuses références, explicites ou implicites, à des travaux de sciences sociales. D'où vous vient cette sensibilité pour les sciences sociales ? Jean-Marie Delarue (J-M. D.) : Les sciences sociales, c'est un amour de jeunesse. On ne se remet jamais des amours de jeunesse ! À l'origine, j'ai une formation d'historien. Mais mes études d'histoire m'insatisfaisaient, réalisé Par gilles chantraine * et renaud ePstein * Des quartiers relégués au contrôle des prisons : l'action libre d'un haut fonctionnaire Entretien avec Jean-Marie Delarue © La Découverte | Téléchargé le 19/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.232.186) © La Découverte | Téléchargé le 19/11/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.232.186) D e s q u a r t i e r s r e l é g u é s a u c o n t r ô l e d e s p r i s o n s : l ' a c t i o n l i b r e d ' u n h a u t f o n c t i o n n a i r e mouvements n°88 hiver 2016 • 137 P r i s o n : l ' i d é o l o g i e d e l ' e n f e r m e m e n t 138 • mouvements n°88 hiver 2016
doi:10.3917/mouv.088.0135 fatcat:jp2egb72ivcvzlk5crvcrgenza