Médecins-assistants au cabinet am Klosterweg: trop beau pour être vrai?

2016 Primary and Hospital Care  
Au total, 22 personnes travaillent au cabinet am Klosterweg, sur trois étages: sept médecins, huit assistantes médicales, trois apprentis, une pharmacienne, une thérapeute respiratoire, un comptable et une médecinassistante. Sur les trois étages sont proposées des consultations de médecine générale, de gynécologie, de pédiatrie et de médecine complémentaire. Il y a 8 ans, les membres de l'équipe ont quitté ensemble le centre médical voisin SantéMed afin de fonder leur propre entreprise.
more » ... entreprise. L'équipe se connaît bien, elle est bien rodée et détendue. Ce n'est sans doute pas uniquement aujourd'hui que le rire retentissant de Christa (Chrigi) Haag fait partie intégrante de l'ambiance sonore du cabinet. Pour le reste, on se croirait dans une ruche. Des familles entières ont été prises en charge au cabinet, du petit-fils à naître jusqu'à la vieille grand-mère. C'est ce qui caractérise le cabinet. Ça et les horaires flexibles. Chrigi précise fièrement que des consultations peuvent être proposées en continu de 7h du matin jusqu'à 8h du soir, parfois même 9h. Je peux prendre les devants: je n'ai rien de négatif à dire sur les médecins-assistants. Voilà du moins l'avis de Christa Haag, l'assistante médicale responsable du cabinet am Klosterweg, situé à Wil (SG), avec laquelle je me suis entretenue au sujet des médecins en formation dans son cabinet. Mais ils ont peut-être au moins le défaut de manger tous les croissants? Non, ils ramèneraient même encore du gâteau! Il y a environ 6 ans, la première médecin-assistante a été recrutée par conviction. Il s'agissait de Julia Steiner, une jeune médecin avec à l'époque tout juste 13 mois d'expérience en chirurgie. Les patients l'appréciaient beaucoup. Lors de l'entretien d'embauche, elle avait laissé une si bonne impression qu'elle a été préférée à d'autres candidats, qui remplissaient eux les conditions pour un assistanat au cabinet médical financé par le canton. Le cabinet a donc payé tout son salaire de sa propre poche. Mais ne s'agissait-il pas là d'une «opération à perte»? D'après Christoph Niederberger, médecin de famille et associé du cabinet, cette question ne s'est même pas posée à l'époque. «Ils étaient tous incroyablement gentils» Depuis lors, il y a toujours eu des médecins-assistants au cabinet am Klosterweg. Des hommes, des femmes, des Allemands, des Suisses, des jeunes et des encore plus jeunes, un véritable pot-pourri; d'après Chrigi Haag, tous avaient en commun leur incroyable gentillesse. En revanche, ils étaient très différents dans leur degré d'assurance. Alors que certains étaient prêts à assurer une consultation tout seuls après avoir suivi leur médecin-formateur durant seulement 3 jours, d'autres ont visiblement mis un peu plus longtemps à acquérir le tour de main. Mais Chrigi ne peut pas ou ne veut pas citer d'exemple. Elle ne s'est jamais fait de souci sur le plan professionnel. J'ai demandé à Chrigi si cette phase de rodage, qui se répète tous les 6 à 12 mois, n'était pas fatigante. C'est, selon elle, une question d'organisation. Au début, il faut prendre les rendez-vous avec beaucoup de retenue, en comptant bien 30 minutes par patient, puis il faut encore prévoir du temps pour la concertation. C'est pratiquement comme lorsqu'une nouvelle apprentie démarre. Au début, les médecins-assistants posent aussi les questions les plus invraisemblables; nous nous Christa Haag, assistante médicale responsable du cabinet am Klosterweg, situé à Wil (SG). ENSEIGNER ET RECHERCHER 93 Dessin: Edy Riesen. PRIMARY AND HOSPITAL CARE -MÉDECINE INTERNE GÉNÉRALE 2016;16(5):93-94
doi:10.4414/phc-f.2016.01182 fatcat:r2juhvjua5hmzcvva6eujnklvi