Le travail social critique en Grande-Bretagne

Léa Lima
2010 Le modèle nordique en période de crise : est-il toujours capable de s?adapter ?  
Distribution électronique Cairn.info pour La Documentation française. © La Documentation française. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que
more » ... uelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 04:31 -© La Documentation française Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 04:31 -© La Documentation française 75 NOte BRève Le travail social critique en Grande-Bretagne Léa Lima * Alors que le Parti travailliste s'accorde un droit d'inventaire du « blairisme », notamment dans le domaine social, il peut être intéressant de se pencher sur les franges critiques du travail social en Grande-Bretagne. Cette appellation de « travail social critique » regroupe ici des auteurs, tous universitaires dans des facultés de travail social au Royaume-Uni et par là même formateurs de travailleurs sociaux 1 , qui tentent de comprendre comment des transformations sociales, économiques et politiques, que l'on peut résumer par le passage à une société « néolibérale 2 », impactent l'activité des travailleurs sociaux dans ses méthodes et ses fondements. Ils ont en commun de développer un point de vue sociologique sur les problèmes sociaux bien que le social ait des acceptions différentes selon les auteurs. Avec différentes assises du point de vue des théories sociales mobilisées, ils discutent des enjeux essentiels des politiques sociales instiguées par le New Labour : l'individualisation des prestations sociales et la promotion de l'usager-consommateur de services, la montée du pouvoir gestionnaire et la libéralisation des services sociaux, le développement des nouvelles technologies dans le travail social, ou encore la prégnance du travail social fondé sur la preuve scientifique (evidence-based social work). Cette pensée critique du travail social se déploie dans des espaces académiques reconnus comme le British Journal of Social Work 3 , mais elle n'est jamais déconnectée des enjeux réels de l'intervention auprès des personnes en difficulté dans un contexte institutionnel et politique mouvementé 4 . Un * Maître de conférences au Conservatoire national des arts et métiers-Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (CNAM-LISE ; UMR CNAM-CNRS). 1. Il faut ajouter qu'ils ont eu pour la plupart une expérience professionnelle de travailleur social de terrain avant de commencer une carrière académique. Ce multipositionnement est une caractéristique de la construction institutionnelle du travail social dans le monde anglo-saxon. 2. Afin de faciliter la lecture, nous omettrons les guillemets dans la suite du texte. 3. Le British Journal of Social Work est une revue à comité de lecture éditée aux Presses de l'université d'Oxford sous l'égide de la puissante British Association of Social Workers. Sans équivalent en France, elle est la première revue académique en travail social en Grande-Bretagne. 4. Afin de comprendre les fondements analytiques de ce courant, nous nous sommes principalement appuyés sur un corpus d'une vingtaine d'articles publiés dans le British Journal of Social Work au cours de la dernière décennie. Cette liste a été complétée par la lecture d'autres références fréquemment citées dans ce premier corpus.
doi:10.3917/rfas.104.0075 fatcat:ibghn42xyvecncdtcrsv4nngvm