L'essor et le déclin de la stratégie économique keynésienne – structuraliste au Mexique

Julio López G.
2012 Revue de la régulation  
Au cours du dernier quart de siècle, l'économie mexicaine a connu une piètre performance et par conséquent son PIB par habitant a diminué de façon persistante en comparaison du PIB des pays développés mais aussi par rapport au PIB des pays d'Asie orientale. Toutefois, pendant au moins deux décennies après la Seconde Guerre mondiale, la croissance économique au Mexique a été très rapide, à tel point que pour la caractériser, le terme "miracle mexicain" a été introduit. Le but de ce travail est
more » ... de ce travail est d'étudier les causes immédiates ainsi que les origines historiques de l'essoufflement du miracle mexicain. Je partage l'avis selon lequel à la moitié des années soixante-dix, la stratégie de croissance que le Mexique avait suivie jusqu'alors, s´est épuisée, et qui considère que les problèmes économiques qui se sont par la suite présentés furent une expression de l'épuisement de cette stratégie. Toutefois, dans ce travail j'approfondirai cette idée en étudiant également la relation entre économie et politique durant le «miracle» et dans les années 1 Traduitdel'espagnolparDavidHenriMastroyannaki. 2 Universidad Nacional Autónoma de México. L'auteur tient à remercier DGAPA, PAPIIT, proyecto IN303609-3, pour l'appuipourledéveloppementdecatravail Contribution au Forum de la Régulation 2009 2 postérieures à celui-ci. La relation entre économie et politique se trouve au coeur de l'approche dite «régulationniste» de l'économie, approche développée principalement par des auteurs français. J'espère montrer que cette approche peut être utile pour étudier cette période de l'économique mexicaine. Mais pour ce faire, je vais mettre l'accent sur les accords et les conflits au sein des classes dominantes, plutôt qu'entre les classes dominantes et les classes subordonnées. Je vais développer l'hypothèse suivante : La croissance rapide du Mexique durant l'époque du «miracle» a été fondée à la fois sur une expansion rapide de la demande intérieure, laquelle s'est confrontée à une grande capacité de l'industrie à substituer les importations, et sur une forte élasticité de l'offre de produits agricoles. Dans le même temps, la croissance rapide de l'économie internationale a assuré un accroissement de la demande de produits mexicains et a donc fourni une progressive entrée de devises au pays. La croissance dès lors, a pu se produire sans de fortes pressions inflationnistes et sans perturber l'équilibre extérieur. Cette croissance soutenue et rapide a également servi de support matériel à un projet de développement capitalistique à long terme ; Pour ce projet, toutes les ressources de l'État ont été utilisées et les intérêts immédiats de certaines factions des classes dirigeantes s'y sont subordonnés. La fin de cette période de croissance rapide a été le résultat de causes internes et externes. Ces causes ont non seulement impliqué l'effondrement du modèle économique précédent mais aussi affecté la structure matérielle et idéologique qui a permis ou tout au moins facilité l'alliance des classes qui s'est construite pendant les années du "miracle". Contribution au Forum de la Régulation 2009 3 La macroéconomie du "miracle mexicain" Au cours de la période qui a immédiatement suivi la Seconde Guerre mondiale, le Mexique a mené une stratégie économique qui a combiné la gestion de la demande, et l'intervention structurelle, pour promouvoir la croissance économique et la modernisation, fusionnant ainsi les politiques keynésiennes avec les politiques structurelles. Ces dernières étaient principalement encouragées par l'école structuraliste d'Amérique latine qui voyait dans l'accumulation rapide de capital et dans la substitution des importations les deux principaux outils pour surmonter le retard économique. En développant et renforçant un partenariat entre le secteur public et privé, qui avait au moins deux décennies d'histoire dans le pays, l'État mexicain à crée des industries d'État ou mixtes, a aidé à la création de nouvelles industries privées dans des secteurs stratégiques, et a également mis en place diverses institutions Contribution au Forum de la Régulation 2009
doi:10.4000/regulation.9613 fatcat:xffgidvhhjdy5getoewjjmncua