Descartes : Mathematics and Sacredness of Infinity

Adam Drozdek
1996 Laval théologique et philosophique  
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents scientifiques depuis 1998. Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir. Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI
more » ... https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/ Document téléchargé le 10 février 2017 12:44 RÉSUMÉ : Selon Descartes, l'infinité est l'essence même de Dieu et, comme telle, elle est un attribut sacré que la science, en particulier la mathématique, ne peut appliquer à aucun objet. C'est le caractère sacré de l'infinité qui a amené Descartes à éviter d'avoir recours à l'infini en mathématique, bien qu'il ait manifesté son habileté à le faire en s'attaquant au problème que lui soumit Florimond de Beaune. Néanmoins, la connaissance de l'infini, parce qu'elle est vraie, est le fondement de toute autre connaissance ainsi que l'affirme le soi-disant principe de Descartes. SUMMARY : According to Descartes, infinity is the essence of God, and as such, it is a sacred property not to be ascribed by any science, in particular, by mathematics, to any object. This sacred position of infinity was the main reason for which Descartes avoided using infinity in mathematics, although he showed his skillfulness in this direction by tackling, for instance, the de Beaune problem. However, the knowledge of the infinite is a foundation of any other knowledge as very, which is phrased in the so-called Descartes' principle.
doi:10.7202/400977ar fatcat:n7y2h7hosjhg5ltme2ftwtnt6a