Paralysie faciale idiopathique

A Arnold
2008 Swiss Medical Forum = Forum Médical Suisse  
cabinet Forum Med Suisse 2008;8(20):361-365 toires (glandes lacrymales et salivaires), gustatifs (deux tiers antérieurs de la langue) et moteurs (muscle de l'étrier). Après sa sortie par le trou styloïdien, il se prolonge dans la parotide où il va se diviser et donner des ramifications pour la musculature du visage (mimique). Une subdivision grossière distingue cinq branches principales: cervicale pour le muscle peaucier du cou, marginale mandibulaire pour la bouche, buccale, oculaire et
more » ... oculaire et frontale. Epidémiologie et étiologie L' incidence de la paralysie faciale idiopathique est d'environ 2 sur 10 000 [2]. Son étiologie est indéterminée, donc «idiopathique», car elle n'a absolument aucune cause connue. C'est donc un diagnostic par exclusion. L' hypothèse la plus vraisemblable pour expliquer l'apparition d'une paralysie faciale idiopathique est une mononévrite secondaire à la réactivation d'une infection par le virus Herpes simplex type 1 dans le ganglion géniculé. La tuméfaction causée par l'inflammation va faire augmenter le diamètre du nerf,d 'où sa compression dans le canal osseux situé dans le rocher. Ce parcours anatomique particulier pourrait également expliquer l'incidence inhabituelle de ces paralysies isolées par rapport aux autres nerfs crâniens. D'autres pathogènes associés à la paralysie faciale sont le virus de la méningo-encéphalite verno-estivale (FSME), Borrelia burgdorferi, l'Herpes zoster, le virus de l'influenza, le VIH et le HTLV-1. La sarcoïdose, le diabète, une grossesse, les maladies auto-immunes et le sida (10%) accroissent le risque de paralysie faciale. Symptômes (fig. 2 x) Le symptôme dominant est une paralysie subite de la musculature de la mimique, pouvant aller d'une simple parésie à la ptose totale d'une hémiface, ce qui peut poser des problèmes pour boire, manger et parler. La fermeture incomplète des paupières (lagophtalmie) du côté touché provoque une xérophtalmie et fait courir à long terme le risque de lésions cornéennes avec kératite et ulcères. Il y a en outre des fasciculations faciales, des bavements en raison de la fermeture partielle de la commissure labiale atone, une dysgueusie si la corde du tympan est impliquée, et parfois une hyperacou-La paralysie faciale idiopathique est définie comme étant une paralysie partielle ou complète de la musculature du visage (mimique), d'apparition subite, suite à une dysfonction du nerf facial sans étiologie décelable. Elle est généralement unilatérale. fig. 1 x) De son noyau dans le tronc cérébral, le nerf facial passe le long du canal auditif interne, parallèlement au nerf crânien VIII, et suit un trajet tortueux dans un canal osseux qui traverse le rocher. Au niveau de l'oreille moyenne se séparent les nerfs sécré-Vous trouverez les questions à choix multiple concernant cet article à la page 353 ou sur internet sous www.smf-cme.ch. Quintessence b Toute paralysie faciale périphérique (dite aussi de Bell, ou Bell's palsy [1]) dont l'étiologie reste indéterminée malgré les examens cliniques est dite idiopathique. b La physiopathologie supposée est une inflammation du nerf provoquant sa compression le long de son trajet dans le rocher. Anatomie ( b La paralysie faciale idiopathique a une évolution généralement favorable, encore plus sous prednisone, preuves à l'appui. Un éventuel bénéfice des antiviraux n'est pas encore définitivement établi. b Si la fermeture des paupières est incomplète, des mesures de protection (collyres ou onguents ophtalmiques, pansement nocturne) sont obligatoires pour prévenir toute lésion oculaire permanente.
doi:10.4414/fms.2008.06487 fatcat:ifsldodqhjfsbonofs33zmucoi