Retrait et non renouvellement des cartes de séjour en cas de violence conjugale

2007 Plein droit  
Distribution électronique Cairn.info pour GISTI. © GISTI. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord
more » ... sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.31 -17/04/2016 12h24. © GISTI Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.31 -17/04/2016 12h24. © GISTI Jurisprudence Plein droit n° 75, décembre 2007 Page I CE, 24/05/2006, Mme W. El Kird, épouse Margaillan (n° 275087) APRF -Refus renouvellement de titre de séjour -Violences conjugales -Conjoint de Français -Rupture vie commune -Article 12 bis, 4° de l'ordonnance du Le Conseil d'État estime que le fait, pour un étranger, d'avoir quitté son conjoint français pour cesser de subir des violences conjugales n'est pas, compte tenu des termes de l'article 12 bis de l'ordonnance de 1945, « de nature à [le] faire bénéficier de plein droit du renouvellement de son titre de séjour ». Cette décision témoigne du contrôle restreint exercé par le Conseil d'État sur le pouvoir discrétionnaire du préfet, alors même que le commissaire du gouvernement I. de Silva avait proposé d'effectuer un contrôle de l'erreur manifeste d'appréciation. Conformément à sa jurisprudence traditionnelle (CE, Ass., 11 juin 1990, Imanbaccus, n° 115971) le Conseil d'État contrôle néanmoins si le préfet a commis une erreur manifeste dans l'appréciation des conséquences que cette décision pouvait avoir sur la situation personnelle et familiale de l'intéressée.
doi:10.3917/pld.075.0030 fatcat:pqq45lsmrngzzbfe5pixq4exzm