Sortir de l'utopie de la communication : une approche ethnographique des NTIC

Rosella MAGLI, Yves WINKIN
1999 Recherches en communication  
R_os_s_sLLA MAGLI ET rfvas Wmxm _ Nous voudrions montrer dans cet article que si l°on change de définition de la communication, un recadrage s"opère, qui permet d'analyser autrement les phénomènes sociaux --dont les usages des NTIC-et de démonter ainsi cette "utopie de la communication", qui devient inquiétante à bien des égards, notamment quant à l°ampleur de sa diffusion et à la croyance en son inéluctabilité. Philippe Breton a proposé dans L'utopie de la communication* une thèse extrêmement
more » ... thèse extrêmement séduisante. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la cybernétique de Norbert Wiener a diffusé un message d°espoir : une société fondée sur la communication, c"est-à-dire sur la transparence, serait la meilleure garantie contre une société totalitaire, dont le mode de fonctionnement repose sur le secret, la dissimulation, la non-communication. Pour Breton, cette vision utopique de la communication est encore bien présente aujourd°hui, notamment au sein du discours sur les NTIC2. Nous voudrions montrer qu°il peut ne pas en être ainsi : il suffit de repartir d'une autre perspective, minoritaire mais active, que Breton n°avait pas envisagée. Celle que Sigman3 et Leeds-Hurwitzi appellent "approche sociale de la communication", celle que Winkinfi a diffusé en France sous l'expression "Nouvelle Communication". Nous allons y revenir. Ce que Ph. Breton n'a sans doute pas assez souligné, c°est que la vision wienerienne repose sur une acception commune de communication --mais une acception qui prend des allures savantes.
doi:10.14428/rec.v12i12.47063 fatcat:mlovtz5l3jfqpe6w22ioxaz2fa