Quelle place prend l'immunothérapie par voie sous-cutanée ou sublinguale dans le traitement de l'asthme et de la rhinite allergique?

Julie Grenier, B Pharm
2016 Pharmactuel   unpublished
Exposé de la question L'immunothérapie est pertinente lorsque l'arsenal habituel de médicaments ne permet pas d'obtenir une maîtrise acceptable et suffisante des symptômes d'asthme et de rhinite allergique. C'est également une option lorsque l'évitement de l'allergène est impossible ou ne donne pas les résultats attendus 1-4. Les allergies affectent actuellement le quart de la population mondiale 1,5. Cet article a pour objectif de répondre à la question suivante : « Quelle est la position de
more » ... st la position de l'immunothérapie ciblée par rapport aux standards thérapeutiques pour l'asthme et la rhinite allergique, en monothérapie ou en combinaison? » Réponse à la question Environ 300 millions de personnes dans le monde souffrent d'asthme 1,6. L'étiologie est allergique dans approximativement 50 % des cas. Jusqu'à 80 % des enfants et adultes atteints d'asthme sont touchés par la rhinite allergique 5,7. Pour ces personnes, les études épidémiologiques rapportent que deux tiers présentent au moins un symptôme suffisamment grave pour nuire à la qualité du sommeil, à la productivité ou au bien-être psycho-social 6,7. En 2015, Calderón et coll. ont publié un survol des options thérapeutiques disponibles pour les personnes aux prises avec des allergies respiratoires aux acariens 7. L'évitement de l'allergène est fortement recommandé. Bien qu'elle soit variable, l'efficacité des antihistaminiques de deuxième génération, des corticostéroïdes intranasaux et des antagonistes des leucotriènes est bien documentée pour la rhinite. Celle des corticostéroïdes inhalés, des bronchodilatateurs à longue durée d'action, des antagonistes des leucotriènes et des anticorps monoclonaux anti-immunoglobuline E (anti-IgE) est bien documentée pour l'asthme allergique, mais cette efficacité ne se prolonge pas au-delà de la durée du traitement 8,9. L'immunothérapie ciblée avec des allergènes précis, sans être appuyée par plusieurs données probantes, fait toutefois preuve, quant au soulagement des symptômes, d'une certaine efficacité qui perdure même une fois les traitements terminés, puisqu'un tel traitement modifie la réponse du système immunitaire 8,9. Dans le consensus international sur l'immunothérapie en allergie de 2015, Jutel et coll. rapportent que l'immunothérapie n'est utilisée que par 10 % des personnes atteintes d'asthme ou de rhinite allergique, alors qu'il s'agit du seul traitement documenté qui peut modifier le cours de ces maladies, en modifiant la réponse immunitaire 5 .
fatcat:uzkclnuhhjespew3ozmbljbwdy