L'avenir de la dignité humaine

Jean-Michel Hirt
2011 Libres cahiers pour la psychanalyse  
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il
more » ... ueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -15/02/2020 07:24 -© In Press Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -15/02/2020 07:24 -© In Press L'avenir de la dignité humaine JEAN-MICHEL HIRT J AMAIS AUTANT QUE DANS Psychologie des masses et analyse du moi (1922) Freud n'a souligné le lien intrinsèque entre psychologie individuelle et psychologie sociale, soit entre deux psychologies articulant la psyché et la culture. Il insiste sur le fait que la psychologie individuelle est « d'emblée, simultanément, psychologie sociale », puisque dans « la vie d'âme de l'individu, l'autre entre en ligne de compte très régulièrement comme modèle, comme objet, comme aide et comme adversaire ». Mais qu'est-ce que l'autre pour moi ? L'autre ne serait-il que le visage du prochain ? Ce prochain, le Nebenmensch de l'Esquisse pour une psychologie scientifique (1895), constitue la figure de l'inconnu venu du passé, de l'étranger indissociable du familier. Si de mon prochain, comme familier et semblable, je n'ai que du bien à attendre et du plaisir à obtenir : c'est dans son intérêt et le mien ; par contre, de mon prochain comme étranger et dissemblable, je ne peux que redouter sa cruauté envers moi, et la jouissance qu'il peut prendre à mes dépens en me faisant du mal. La distinction entre l'autre familier et l'autre étranger, Freud l'a développée dans le chapitre V du Malaise dans la civilisation : « le prochain n'est pas seulement [...] une aide et un objet sexuel possibles, mais aussi une tentation, celle de satisfaire sur lui [mon] agression, d'exploiter sans
doi:10.3917/lcpp.024.0101 fatcat:6jfgeq5arzgdbh3cj3gmpksqdm