Noir de Robert Coover ou le noir revisité

Françoise Sammarcelli
2011 Études anglaises  
Distribution électronique Cairn.info pour Klincksieck. © Klincksieck. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... t interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -15/02/2020 07:36 -© Klincksieck Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -15/02/2020 07:36 -© Klincksieck Françoise SAMMARCELLI Noir de Robert Coover ou le noir revisité Cet article examine les stratégies mises en oeuvre par l'écrivain américain Robert Coover pour revisiter le roman et le film noirs dans Noir, paru en France en 2008 et aux États-Unis en 2010. Hommage ambigu et réflexif au genre, Noir en recycle les conventions dans un récit à la deuxième personne qui n'occulte pas les effets de déjà-vu et propose une version carnavalisée du noir où le corps est exposé de façon grotesque. Coover construit une trame temporelle complexe, multipliant les retours en arrière et utilisant les jeux de répétition pour mieux déstabiliser son lecteur, tandis que la prolifération des digressions et micro-récits et la spécularité appuyée célèbrent le jeu et l'énergie du langage. This essay examines the strategies chosen by American writer Robert Coover to revisit the codes of the noir in his novel Noir, published in France in 2008 and in the USA in 2010. Noir can be read as an ambiguous and reflexive homage to a genre, the conventions of which it recycles in a second-person narrative evincing a sense of déjà-vu, and it offers us a carnivalized version of the noir involving the grotesque exposure of the body. Moreover, Coover relies on a complex inscription of time, including numerous flashbacks and repetitions, the better to destabilize his reader, while his proliferating digressions and micro-narratives, combined with insistent effects of specularity, celebrate the playful energy of language. Françoise SAMMARCELLI, Noir de Robert Coover ou le noir revisité, ÉA 64-4 (2011) : 439-454. © Klincksieck. Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -15/02/2020 07:36 -© Klincksieck Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -15/02/2020 07:36 -© Klincksieck
doi:10.3917/etan.644.0439 fatcat:g4jsjsdum5byddpkduh277davy