NOTE SUR LE PROBLÈME DU GÉNIE DANS « L'ORIGINE DE L'OEUVRE D'ART »

Mark Sinclair
unpublished
Dans la troisième partie de la version définitive de « L"origine de l"oeuvre d"art » (Der Ursprung des Kunstwerkes), Heidegger aborde la question de la création de l"oeuvre d"art. Vers la fin de cette tentative pour penser la création selon les deux idées-clés de l"essai, celles du monde et de la terre, se trouve la remarque suivante : « Il est vrai que aussitôt le subjectivisme moderne interprète la création a sa façon : comme le résultat de l"exercice d"une virtuosité géniale chez un sujet
more » ... le chez un sujet souverain. (Der moderne Subjecktivismus mißdeutet freilich das Schöpferische sogleich im Sinne der genialen Leistung des selbstherrlichen Subjektes) » 1. Étant donné le contexte philosophique et historique, il ne peut être question ici d"eine geniale Leistung au sens d"une simple performance magnifique ou merveilleuse. C"est pourquoi la traduction française que nous citons, celle de Wolfgang Brokmeier, ajoute le mot virtuosité en rendant cette phrase, ou périphrase allemande, par « exercice d"une virtuosité géniale ». Dans la tradition de la philosophie de l"art moderne, après Kant tout au moins, une telle virtuosité est, bien sûr, nommée génie. Eine geniale Leistung, c"est pour ainsi dire "un coup de génie", "un trait de génie" et, par conséquent, l"intention critique de la remarque semble porter sur le concept de génie dans l"esthétique moderne. La remarque semble, en fait, porter deux arguments : d"abord que l"idée de génie dans l"esthétique moderne se lie inextricablement à la philosophie post-cartésienne que Heidegger qualifie de « subjectivisme » ou « métaphysique moderne de la subjectivité » ; ensuite que, dans le cadre de cette métaphysique moderne, le "trait de génie" est conçu comme acte ou performance du sujet souverain et autonome. Le premier argument semble incontestable, sinon un peu trop général, dans la mesure où le terme, compris comme faculté productive innée de l"artiste dans le domaine des beaux-arts, n"advient qu"au XVIII e siècle. Cette genèse a été longuement étudiée-nous y reviendrons-par l"historien des idées Edgar Zilsel dans Die Entstehung des Geniebegriffs, traduit sous le titre Le Génie : histoire d'une notion de l'antiquité à la renaissance 2. Le deuxième argument convainc beaucoup plus difficilement : l"on se 1 Der Ursprung des Kunstwerkes, in Holzwege, GA 5, 63-64.
fatcat:g5ozuv7nzjc5vbcs4c6dgy3kme