Contrainte et persuasion dans la prière. Un aspect de la polémique entre Porphyre et Jamblique

Andrei Timotin
2014 Revue de philologie, de littérature et d'histoire anciennes  
Distribution électronique Cairn.info pour Klincksieck. © Klincksieck. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... t interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -16/02/2020 22:25 -© Klincksieck Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -16/02/2020 22:25 -© Klincksieck Rev. de philologie, 2014, LXXXVIII, 2 CONTRAINTE ET PERSUASION DANS LA PRIÈRE. UN ASPECT DE LA POLÉMIQUE ENTRE PORPHYRE ET JAMBLIQUE 1 Porphyre, comme la plupart des néoplatoniciens qui lui ont succédé, a manifesté un intérêt remarquable pour l'explication et l'interprétation des phénomènes religieux 2 . Dans ce contexte, Porphyre attache une grande importance à la question de la prière 3 , en particulier dans la Lettre à Anébon, une collection de ζητήματα aporétiques sur des sujets religieux adressés à un personnage fictif d'origine égyptienne 4 . Dans ce recueil d'apories, Porphyre met en question la compatibilité des prières avec la nature des êtres auxquels elles sont adressées, qu'il examine en fonction de deux aspects : la contrainte que la prière exerce sur les dieux et l'affectivité divine. En laissant de côté ici le second aspect, que nous avons analysé à une autre occasion 5 , nous nous proposons d'étudier le premier -tel qu'il se reflète non seulement dans la Lettre à Anébon, mais aussi dans la Philosophie tirée des oracles -et la réponse de Jamblique aux questions de Porphyre formulée dans la Réponse du Maître 1. Ce travail a été réalisé dans le cadre d'un projet financé par l'Agence roumaine pour la Recherche Scientifique CNCS -UEFISCDI, projet n° PN-II-RU-TE-2012-3-0045. 2. Sur la pensée religieuse du néoplatonisme, voir A.-J. Festugière, « Proclus et la religion traditionnelle », dans R. Chevalier (éd.), Mélanges d 'archéologie et d'histoire offerts à André Piganiol, Paris, 1966, p.
doi:10.3917/phil.882.0151 fatcat:oz7amkbsszcmhlyt7ta7jytfgu