Diagnostic des projets de réinsertion économique des migrants de retour : étude de cas au Mali (Bamako, Kayes)

Babacar Ndione, Jérôme Lombard
2004 Revue européenne de migrations internationales  
Référence électronique Babacar Ndione et Jérôme Lombard, « Diagnostic des projets de réinsertion économique des migrants de retour : étude de cas au Mali (Bamako, Kayes) », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 20 -n°1 | 2004, mis en ligne le 25 septembre 2008, consulté le 01 octobre 2016. URL : http://remi.revues.org/316 ; DOI : 10.4000/remi.316 Ce document a été généré automatiquement le 1 octobre 2016. © Université de Poitiers Diagnostic des projets de réinsertion
more » ... ets de réinsertion économique des migrants de retour : étude de cas au Mali (Bamako, Kayes) Babacar Ndione et Jérôme Lombard 1 Le retour en vue de la réinsertion dans le pays d'origine constitue pour beaucoup de migrants une étape importante du processus migratoire international. Il s'inscrit souvent dans le projet initial du migrant et est étroitement lié à une réinstallation réussie, ellemême subordonnée à une réinsertion économique productive durable. Il s'agit pour l'individu de mettre en oeuvre un projet économique rentable qui lui permette, lui et sa famille, d'assurer leur bien-être, afin qu'à l'avenir, il (ou sa famille) ne ressente plus la nécessité d'émigrer à nouveau. 2 L'idéologie du projet collectif, initié au retour des migrants, est très développée dans certains pays d'Afrique de l'Ouest. Ce type de projet semble avoir beaucoup plus d'effets sur l'environnement territorial, social et économique que le projet mené par un individu 1 . Ces projets concernent un périmètre irrigué, un centre de santé ou bien une association de développement. Le regard porté sur les projets individuels est par conséquent souvent critique, voire inexistant. Or, ces migrants de retour, rentrés avec un projet, existent en grand nombre. Beaucoup d'entre eux prennent l'option de retourner vivre dans leur pays d'origine et de réaliser un projet d'investissement personnel. Le retour peut être autonome, à leur initiative et sans aucun soutien des bailleurs de fonds ou être opéré dans le cadre de programmes d'aide, développés soit par les organisations internationales, soit par le biais d'accords bilatéraux établis entre les pays d'accueil et les pays d'origine. Dans les deux cas, la mise en oeuvre du projet détermine souvent le retour du migrant dans son pays d'origine. 3
doi:10.4000/remi.316 fatcat:rtmmcmzzcrdbnmu6djtvbvp3qi