L'entourage de Vincent Auriol : au service d'une stratégie présidentialiste

Noëlline Castagnez
2009 Histoire Politique  
Distribution électronique Cairn.info pour Centre d'histoire de Sciences Po. © Centre d'histoire de Sciences Po. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque
more » ... orme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 04:44 -© Centre d'histoire de Sciences Po Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 04:44 -© Centre d'histoire de Sciences Po Noëlline Castagnez, « L'entourage de Vincent Auriol : au service d'une stratégie présidentialiste », Histoire@Politique. Politique, culture, société, mai-août 2009, N°8. www.histoire-politique.fr L'entourage de Vincent Auriol : au service d'une stratégie présidentialiste Noëlline Castagnez Premier Président de la IV e République, élu par le Parlement le 16 janvier 1947 au premier tour de scrutin, Vincent Auriol, loin de se contenter « d'inaugurer les chrysanthèmes », construisit une fonction présidentielle qui n'avait jamais existé auparavant 1 . En dépit d'une Constitution qui tendait à réduire ses pouvoirs, par sa seule détermination, ce compagnon de Léon Blum et ancien ministre du Front populaire se départit de la simple position d'arbitre qui lui était dévolue en jouant un rôle décisif dans les crises ministérielles et donc un rôle essentiel dans la vie de la République à partir de mai 1947. « Je ne serai ni un président soliveau, ni un président personnel », déclara-t-il dans son discours d'investiture, de sorte que Georgette Elgey put conclure qu'il exerça « 'une magistrature morale' qui devint vite l'élément dominant du régime 2 ». En ce sens, Vincent Auriol développa bel et bien une stratégie présidentialiste visant à conférer un véritable rôle au président de la République en régime parlementaire. À la fin de son mandat, en 1954, ce fut un Président très aimé des Français mais auquel ses adversaires n'avaient épargné aucun coup, même les plus durs, qui prit une retraite bien méritée à soixante-dix ans. Respectueux de sa fonction et habité pour elle des plus hautes ambitions, le choix de son entourage ne pouvait être secondaire. Ancien parlementaire et ancien ministre de la III e République, Vincent Auriol n'était pas novice en la matière. En outre, ayant retrouvé la présidence du groupe parlementaire socialiste à la Libération et élu président de l'Assemblée constituante le 31 janvier 1946, il lui avait fallu très vite se reconstituer une équipe. Si à l'Élysée il réduisit volontairement la maison militaire en refusant « une maison d'apparat 3 », il y étoffa la maison civile. Nous concentrerons donc notre analyse sur le secrétariat général, tant civil que militaire, et le cabinet civil, que le Président plaça au coeur de son dispositif politique 4 . Dans quelle mesure et comment cet entourage participa-t-il à son projet présidentiel, telle est la question que nous nous poserons. Nous verrons tout d'abord quelle était la nature de l'entourage dont ce fils de boulanger devenu avocat voulut se doter, puis quel rôle et quel mode de 1 C'est que constata le chef du protocole présidentiel, Jacques Dumaine, dès 1947. Cf. Jacques Dumaine,
doi:10.3917/hp.008.0083 fatcat:ewxkhpze6zffbmaquvuoxtjepu