Repenser la justice en éducation

Jean-Louis Derouet
2005 Education et sociétés  
a sociologie de l'éducation a été refondée dans les années 1960 autour de la question de l'égalité des chances. C'était une formulation de l'idéal de justice qui avait trouvé sa base sociale dans les années 1930. Plusieurs analyses récentes convergent sur l'idée que ce modèle est épuisé et que cet épuisement affecte les problématiques sociologiques qui lui étaient liées. Si la société cherche de nouvelles formulations de l'idéal de justice, cela appelle un renouvellement des interrogations
more » ... interrogations scientifiques. Ce travail ne doit pas se limiter à l'entrée qui concerne la démocratisation des études. L'idéal d'égalité des chances était lui-même un élément d'un projet plus large : le "partage des bénéfices" promis par l'Étatprovidence (Darras 1966). Ce projet est aujourd'hui au moins concurrencé par un autre, d'inspiration néolibérale, qui s'exprime au travers du mot d'ordre de formation tout au long de la vie. Chaque individu doit se constituer et entretenir un portefeuille de compétences en mobilisant des ressources diverses. Certaines viennent de l'école, d'autres des entreprises, des médias, de la toile, du secteur associatif, etc. Ce projet concerne aussi bien les personnels d'exécution que les cadres, même s'il est probable que tout le monde n'a pas accès aux mêmes ressources. Ce changement de perspective affecte bien sûr la conception et les objectifs de l'école pour tous. Les prescriptions internationales passent d'une conception collective héritée du plan Langevin-Wallon (qui visait à maintenir tous les enfants dans le même système de formation jusqu'à quatorze ou seize ans pour constituer une culture commune) à un système centré sur l'initiative individuelle. Une évolution parallèle affecte la conception de la formation des élites. En France, le système traditionnel, très lié à l'État-nation (les classes préparatoires et les grandes Écoles), est concurrencé par un autre fondé sur l'appartenance à des réseaux internationaux. Les harmoniques sont évidentes entre ces deux mouvements, de même qu'entre cette évolution du projet de formation et le nouvel esprit du capitalisme (Boltanski & Chiapello 1999) . On retrouve partout les mêmes mots clés : la primauté du projet, les exigences de mobilité et de flexibilité des personnes, la structuration des établissements en réseaux internationaux, etc. La sociologie doit donc penser ensemble les reformulations du projet de démocratisation des études et le renouvellement de la formation des élites. L Dossier
doi:10.3917/es.016.0029 fatcat:4y5hrogez5bo7ao5zybkt2hg5a