Corps des citoyens, corps de la cité

Michelle Lacore
2003 Kentron: revue du monde antique et de psychologie historique  
L'emploi métaphorique du mot « corps » pour représenter la communauté des citoyens est parfaitement usuel dans la réflexion politique moderne. Or, paradoxalement, en dépit du rôle fondateur de la pensée politique des Grecs dans la réflexion occidentale, de la Renaissance à l'époque moderne 1 , la métaphore même du corps politique et de ses membres ne plonge pas ses racines dans la réflexion politique de l'époque classique grecque (celle des v e et iv e siècles). Elle est pourtant attestée dans
more » ... tant attestée dans la réflexion de l'époque hellénistique et romaine et remonte peut-être à de très anciennes origines proche-orientales. Cependant l'origine de l'omniprésence de cette métaphore dans la pensée occidentale nous semble être essentiellement chrétienne, à partir du Nouveau Testament et des écrits des Pères de l'Église. Le corps de la cité dans la pensée classique : une métaphore problématique L' u s a g e com mu n d e l ' é p o q u e c l a s s i q u e refl è te l a p e rce p t i o n d e l ' i n d iv i d u hu m a i n comme une totalité, ce qui explique par exemple l'emploi universel par orateurs et historiens de sôma pour désigner non pas le corps seul, mais l'individu, la personne, dans sa totalité et sa singularité. Cependant, on ne relève pas, dans cette perspective, d'emploi métaphorique vraiment significatif du terme « corps » passant du corps des citoyens (c'est-à-dire de leur personne) à la cité définie comme un corps abstrait constitué par la somme des corps ou des personnes des citoyens, ni chez les orateurs ou les historiens, ni chez les philosophes. À l'aide du TLG -E et du programme « complex search » de Pandora nous avons cherché en effet les occurrences dans la prose classique des associations entre « corps »,
doi:10.4000/kentron.1858 fatcat:rc27zgisqnd4bd2nwrbpqbqmja