Ou en est le parallèle entre cinéma et littérature ?

Jeanne-Marie Clerc
2001 Revue de littérature comparée  
Distribution électronique Cairn.info pour Klincksieck. © Klincksieck. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... t interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -11/02/2020 21:04 -© Klincksieck Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -11/02/2020 21:04 -© Klincksieck OU EN EST LE PARALLÈLE ENTRE CINÉMA ET LITTÉRATURE ? Le livre resté célèbre, car véritablement fondateur, est celui de Claude-Edmonde Magny, L'Âge du roman américain, paru en 1948 et qui, pour la première fois posait systématiquement le problème d'une influence non plus, comme c'était toujours le cas, de la littérature sur le cinéma, mais, inversement, de celle du cinéma sur la littérature. L'occasion lui en était fournie, on le sait, par les écrivains américains de la « lost generation » comme Dos Passos. Lui-même avait avoué sa dette à l'égard du cinéma pour Manhattan Transfer, et avait intitulé certains chapitres de sa trilogie USA, « camera eye ». L'auteur y adjoignait, de façon plus ou moins contestable, Hemingway, Faulkner, Steinbeck. C'était la première tentative pour établir un parallélisme précis entre écriture cinématographique et écriture littéraire. Elle inaugura une « mode », celle de la recherche d'« influence » qui contamina pendant un temps la réception de la littérature américaine en France. On vit alors proliférer cette notion, dont l'imprécision a suscité pendant un certain temps des polémiques d'une violence dont on n'a plus idée aujourd'hui. Ces polémiques furent attisées par le fait que, à la même époque, la critique cinématographique suivait un parcours inverse de celui de la critique littéraire. Au lieu de revendiquer, comme elle l'avait fait jusqu'alors, héritant ainsi de la fascination qu'avait suscitée l'étrangeté du cinéma muet, la spécificité du cinéma, son originalité par rapport à l'écrit, elle commençait à trouver dans le cinéma des qualités « littéraires » aptes à lui conférer la même dignité que celle dont jouissait la littérature. L'idée que la caméra était un stylo, qu'elle pouvait exprimer des choses aussi abstraites et aussi profondes que l'écriture se répandit et devint elle aussi un poncif. Ainsi va s'effectuer, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, un rapprochement entre les deux moyens d'expression qui s'étaient très Document téléchargé depuis www.cairn.
doi:10.3917/rlc.298.0317 fatcat:o3fnmqht6vdpneykzojilirope