Anthologie des Poetes Francais Contemporains (1866-1906)

F. Gohin, G. Walch
1907 Modern Language Review  
JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range of content in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new forms of scholarship. For more information about JSTOR, please contact support@jstor.org. . Modern Humanities Research Association is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access to The Modern Language Review. Reviews Anthlologie
more » ... eviews Anthlologie des Poetes Franfais Contemporains (1866-1906). Morceaux choisis, accompagnes de notices biographiques et bibliographiques, par G. WALCH, avec preface de SULLY-PRUDHOMME. 3 volumes. Paris: Delagrave, 1907. 16mo. Cette anthologie nous offre un tableau de toute la poesie fran9aise contemporaine depuis Theophile Gautier jusqu'k Auguste Dupouy, que l'Acad6mie couronnait l'an dernier. Tous les poetes actuellement vivants ont choisi eux-memes dans leurs ceuvres les pieces qu'ils out jug6es les meilleures; et ce n'est pas le moindre attrait de ce recueil, d'y trouver les poesies d'ecrivains qui se sont fait un nom dans d'autres genres comme A. Daudet, Guy de Maupassant, Jules Lemaitre, quelques pieces exquises, ou s'exercait la muse juvenile d'Edmond Rostand et d'Anatole France; mais on ne saurait nommer les 250 poetes dont cette anthologie contient un choix. Depuis quarante ans en effet s'est epanouie en France la plus magnifique floraison de poetes et d'oeuvres qu'on ait vie depuis la Renaissance. A quoi en attribuer les causes ? Au developpement de la culture peut-etre; mais surtout au renouveau de prestige que Lamartine, Vigny, Hugo et tous les poetes de la premiere moiti6 du XIXe siecle ont valu a la podsie elle-meme: jamais la Muse n'a 6te plus honor6e, parce que jamais elle n'a donne plus de gloire ou d'honneurs. Toutefois ce n'est point par l'imitation sterile de leurs glorieux devanciers que nos poetes contemporains ont pretendu rivaliser avec eux. La recherche de l'originalite et le culte meme de la beaute les ont amends a renouveler les sujets et les formes poetiques. En 1866 de jeunes poetes se grouperent autour de Leconte de Lisle, le maitre alors incontest6 de la poesie fran9aise, et prenant le nom de Parnassiens ils publierent leurs vers dans le recueil du Parnasse Contemporain, qui marque une date importante dans l'histoire de la poesie contemporaine. Malgrd la diff6rence des temperaments et des talents, ils se firent remarquer par quelques traits communs, le respect de leur art, le goft de la philosophie ou de l'histoire, et surtout par le culte de l'expression, la science de la facture. Ils pretendirent rivaliser avec la peinture par l'intensite des couleurs, avec la sculpture par la vigueur des reliefs et la fermete meme de l'execution,-poesie plastique, comme on a dit, et puissamment objective. Telle fut la conception de Theophile Gautier, de Leconte de Lisle, de Theodore de Banville, et menme des poetes philosophes de cette ecole, de Sully Prudhomme ou encore de Madame Ackermann dont un fin critique (voir Madame Ackermann par Marc Citoleux, Paris, 1906, Plon) analysait recemment l'esprit si profond et si vigoureux. Vers 1880 des tendances nouvelles s'affirment; sous l'influence de Stephane Mallarme et de Paul Verlaine, de jeunes poetes tels que Jules Laforgue, Paul Fort, Gustave Kahn revent d'une poesie qui soit la synthese de la philosophie, des arts plastiques, et surtout de la musique, seule capable d'exprimer dans leur imprecision et leur illogisme meme les sentiments fugitifs et les plus intimes de I'ame au contact des choses. Qu'on lise par exemple dans cette anthologie les po6sies d'un Henri de
doi:10.2307/3712898 fatcat:jzw2cejhr5ehdkqjd5hxsjoxza