Analyse comparative d'une situation de communication orale en classe ordinaire et lors d'une séance en visioconférence

Brigitte Gruson
2010 Distances & Savoirs  
Dans le cadre du projet national « 1000 visioconférences pour l'école », un nombre croissant d'écoles primaires sont équipées de systèmes de visioconférence. L'hypothèse qui sous-tend ce projet est que, en mettant les élèves en situation de communiquer à distance en temps réel avec des partenaires étrangers, cela leur permettra d'améliorer leurs compétences orales et interculturelles. L'objectif de cet article est de mettre en évidence, grâce à une étude comparative d'une séance ordinaire et
more » ... nce ordinaire et d'une séance en visioconférence, les effets de la visioconférence sur l'action conjointe de professeurs et d'élèves de CM. Cette étude s'appuie sur des données empiriques précises et l'utilisation d'outils conceptuels empruntés à la didactique des langues et cultures et à la théorie de l'action conjointe en didactique. Elle met notamment au jour les effets de la visioconférence sur la place des langues, la nature des connaissances en jeu et les formes de contrats didactiques à l'oeuvre. ABSTRACT. Under the national project "1000 video conferencing systems for primary schools", a growing number of schools have been equipped of video conferencing systems. The assumption underlying this project is that, by putting students in a position to communicate with distant native speakers, it will enable them to improve their oral and intercultural skills. The article objective is to put to light, thanks to a comparative study between an ordinary lesson and a lesson during which video conferencing is being used, the effects of video conferencing on teachers and students' joint action. This study is based on precise empirical data and the use of conceptual tools borrowed from the teaching and learning of foreign languages and cultures and the joint action theory for didactics. It particularly highlights the effects of video conferencing on the use of languages, the nature of knowledge at stake and the didactic contracts at work. MOTS-CLÉS : visioconférence, enseignement-apprentissage de l'anglais, enseignement primaire, analyse comparative, action conjointe. KEYWORDS: video conferencing, teaching and learning, English as a foreign language, primary education, comparative analysis, joint action. « La perspective privilégiée ici est, très généralement aussi, de type actionnel en ce qu'elle considère avant tout l'usager et l'apprenant d'une langue comme des acteurs sociaux ayant à accomplir des tâches (qui ne sont pas seulement langagières) dans des circonstances et un environnement donnés, à l'intérieur d'un domaine d'action particulier. Si les actes de parole se réalisent dans des activités langagières, celles-ci s'inscrivent elles-mêmes à l'intérieur d'actions en contexte social qui seules leur donnent leur pleine signification. » (CECRL, 2001, p. 15) Dans cette perspective, les nouvelles formes de correspondance scolaire rendues possibles par les systèmes de visioconférences semblent créer, en dépassant le cadre spatial de la classe, les conditions de pratiques langagières mieux finalisées. En effet, en mettant les élèves en position d'échanger avec des élèves natifs dans un but bien défini (échanger des informations personnelles, participer à un jeu, etc.), la communication synchrone entre pairs représente une tâche communicative proche de celles que les élèves pourraient rencontrer en dehors de l'école. « Les tâches ou activités sont l'un des faits courants de la vie quotidienne dans les domaines personnel, public, éducationnel et professionnel. L'exécution d'une tâche par un individu suppose la mise en oeuvre stratégique de compétences données, afin de mener à bien un ensemble d'actions finalisées dans un certain domaine avec un but défini et un produit particulier. La nature des tâches peut être extrêmement variée et exiger plus ou moins d'activités langagières ; elles peuvent être créatives (la peinture, l'écriture créative), fondées sur des habiletés (le bricolage), de résolution de problèmes (puzzles, mots croisés), d'échanges courants mais aussi telles que l'interprétation d'un rôle dans une pièce, la participation à une discussion, la présentation d'un exposé, un projet, la lecture d'un message et les réponses à y apporter (courrier électronique par exemple), etc. » (CECRL, 2001, p. 119) L'hypothèse qui sous-tend le projet « 1000 visioconférences pour l'école » est que le fait de mettre les élèves en situation de communiquer à distance en temps réel avec des partenaires étrangers leur permettra d'améliorer leurs compétences de communication orale 1 . Toutefois, les expérimentations restant peu nombreuses, nous 1 Sur le site Educnet du Ministère, on peut lire que « le plan « 1000 visioconférences pour l'école », lancé par le ministère en 2007, avait pour objectif de favoriser l'apprentissage des langues en permettant aux élèves de dialoguer en direct avec des interlocuteurs natifs (enseignants, élèves de classe jumelée). »
doi:10.3166/ds.8.395-423 fatcat:6uqo7o44sfexrklfnew2aidi6m