D'un au-delà de la métaphore, ou lorsque l'anamorphose brise l'allégorie

Olivier Douville
2005 Figures de la psychanalyse  
Distribution électronique Cairn.info pour ERES. © ERES. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable
more » ... et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © ERES | Téléchargé le 16/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © ERES | Téléchargé le 16/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) D'un au-delà de la métaphore, ou lorsque l'anamorphose brise l'allégorie • Olivier Douville • Ce texte est dédié à la mémoire de mon ami F. Manenty qui, par son texte « Anamorphose paternelle », m'a mis au travail sur une théorie généralisée de l'anamorphose. Avant-propos Le motif de l'anamorphose revient régulièrement dans les enseignements de Jacques Lacan durant un peu plus de quatre années, de février 1960 à mars 1964, sur un espace de temps qui va donc du Séminaire L'éthique de la psychanalyse à celui Des quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse. Rappelons que le jeu de perspective auquel on a donné le nom d'anamorphose consiste à déformer une image jusqu'à l'anéantissement de son pouvoir de représentation, mais de sorte qu'elle se redresse lorsqu'on la regarde d'un autre point de vue. Cet intérêt marqué par Lacan pour un tel artifice d'optique était partagé par des phénoménologues et des historiens de l'art, au premier rang desquels Jurgis Baltrusaïtis, cet immense recenseur d'insolite esthétique, toujours à l'affût de l'anormal et du merveilleux dans l'art. Le modèle de l'anamorphose, parangon des illusions d'optique et du trompel'oeil, est incomparable par la merveilleuse solution qu'il apporte à toute la problématique du décentrement des champs de la vision et du regard. Rien de plus impressionnant qu'une anamorphose, rien qui ne nous donne davantage le sentiment d'être piégé par la représentation, d'être absorbé par elle et en elle, d'être vu par la chose qu'on est censé regarder, reconnaître et identifier. Par cet habile stratagème, le tableau nous rappelle que savoir et voir n'ont pas le même mode d'être, dès lors que l'on admet que si l'on appréhende par la vue, l'on est, en revanche, par le regard saisi. L'anamorphose, enfin, est un accident souverain opposant son énigme à toute saisie conceptuelle de la peinture en
doi:10.3917/fp.011.0105 fatcat:xzrm6gkeh5fbff5heqmz7bqawy