Le vocabulaire de l'intelligence dans le chapitre 35 du livre I du traité du Régime

Simon Byl
2002 Revue de philologie, de littérature et d'histoire anciennes  
Distribution électronique Cairn.info pour Klincksieck. © Klincksieck. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... t interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -11/02/2020 17:25 -© Klincksieck Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -11/02/2020 17:25 -© Klincksieck LE VOCABULAIRE DE L'INTELLIGENCE DANS LE CHAPITRE 35 DU LIVRE I DU TRAITÉ DU RÉGIME THE VOCABULARY OF INTELLIGENCE IN DE VICTU I, 35 Robert Joly, lorsqu'il évoque le traité du Régime qu'il a édité, traduit et commenté dans le Corpus Medicorum Graecorum, parle de « pages qui restent agaçantes par leur obscurité » ou d'« un texte très long et parfois fort énigmatique » 1 ; il songe certainement alors au c. 35 qu'il qualifie « d'interminable paragraphe » 2 et de « textes aussi difficiles » 3 . Jackie Pigeaud, commentant le c. 35, dit de ce texte qu'il est « très riche et très complexe » et du chapitre suivant qu'« il est évident qu'(il) n'est pas clair » 4 . Je rappellerai d'abord que ce traité date des environs de 400 av. J.-C. et que son auteur anonyme affirme que l'homme, comme tous les animaux, est formé d'eau et de feu. Le c. 35 du Régime, qui propose une classification des hommes en diverses catégories d'intelligence, paraît trouver sa source -ou au moins ses antécédents -chez Empédocle, comme un passage du de Sensu de Théophraste § 11 nous incline à le penser : Ceux dont les particules des éléments sont égales et semblables dans leur mélange, qui ne sont pas fort distantes, ni petites ni L'ANCIEN ET LE NOUVEAU ROI 217
doi:10.3917/phil.762.0217 fatcat:kcaikz2utjbt3grxr3rdtibi6a