The Struck-and-lost Factor in Alaskan Walrus Harvests, 1952-1972

Francis H. Fay, John J. Burns, Samuel W. Stoker, J. Scott Grundy
1994 Arctic  
Struck-and-lost rates during hunts for walruses, Odobenus rosmarus (Linnaeus), in Alaska from 1952 to 1972 did not vary from year to year. On average, 42% of the animals struck by bullets were lost (i.e., not retrieved). About 55% of the struck-and-lost animals died immediately; the rest were wounded. Apparently, most of the wounded died soon after they were struck. The sex-age composition of the struck-and-lost animals was about the same as that in the harvest, and the proportion lost did not
more » ... rtion lost did not vary with the size of the group encountered. Claims of reduction in loss rates in recent years, based on improved firepower, are open to question. Considerable improvement in weapons took place also during the 21-year period of this study, but it merely increased the proportion of outright kills among the struck-and-lost animals. It did not reduce the proportion lost of the animals that were struck. RÉSUMÉ. Le taux d'animaux frappés et perdus au cours de la chasse au morse, Odobenus rosmarus (Linnaeus) en Alaska de 1952 à 1972 n'a pas varié d'une année à l'autre. En moyenne, 42 p. cent des animaux frappés par les balles ont été perdus (c.-à-d. non récupérés). Environ 55 p. cent des animaux frappés et perdus sont morts sur le coup et 45 p. cent ont été blessés. Il semble que la plupart de ces derniers soient morts peu de temps après avoir été frappés. La composition selon le sexe et l'âge des animaux frappés et perdus était environ la même que celle des prises, et la proportion des animaux perdus ne variait pas avec la taille du groupe chassé. On peut remettre en question les affirmations des dernières années concernant une réduction du taux de perte causée par l'amélioration de la puissance de feu. Durant les 21 années de l'étude, les armes ont subi de grosses améliorations, mais celles-ci ont tout simplement fait augmenter la proportion des bêtes tuées sur le coup, parmi les animaux qui avaient été frappés et perdus. Les améliorations apportées aux armes n'ont pas réduit la proportion des animaux perdus parmi ceux qui avaient été frappés.
doi:10.14430/arctic1310 fatcat:yiup3kmmsrbbvlyqlol4usmx3y