Quels faits sociaux pour une science empirique du droit ?

Évelyne Serverin
2002 Droit et société  
Distribution électronique Cairn.info pour Editions juridiques associées. © Editions juridiques associées. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque
more » ... t de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -11/02/2020 18:22 -© Editions juridiques associées Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -11/02/2020 18:22 -© Editions juridiques associées Droit et Société 50-2002 (p. 59-68) 59 Résumé Dans quelle mesure peut-on dire que les théories réalistes scandinaves en général, et celles proposées par Alf Ross en particulier, contribuent à apporter des connaissances empiriques sur le droit, ce qui constitue leur projet ? D'une part, on peut certes reconnaître la portée empirique d'une démarche qui définit le juge comme destinataire des règles, et qui introduit ainsi la pratique du droit au coeur de l'analyse théorique du droit. D'autre part, cependant, une telle théorie ne permet pas de saisir empiriquement la dimension prédictive du comportement des juges dès lors que le point de vue des acteurs sociaux demeure en dehors du champ d'investigation. Comportement des juges -Effectivité -Empirisme -Prédiction -Sociologie du droit.
doi:10.3917/drs.050.0059 fatcat:ur4ivkx66jfndix7farvnecfze