Squiggle et Résistances

Marianne Simond
2009 Imaginaire & Inconscient  
Distribution électronique Cairn.info pour L'Esprit du temps. © L'Esprit du temps. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est
more » ... ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.51 -05/10/2015 01h31. © L?Esprit du temps Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.229.51 -05/10/2015 01h31. © L?Esprit du temps Le mot gribouillis, en français, ne signifie pas exactement l'anglais squiggle. Quand les traducteurs nous ont transmis La consultation thérapeutique et l'enfant, de D. Winnicott (1), ils ont gardé le mot retenu par l'auteur, squiggle (Gribouillis ou gribouillage se dit scribble). Les thérapeutes qui ont utilisé cette forme d'échange avec l'enfant, l'ont gardé aussi. C'est un biais riche et simple, fécond et peu dispendieux, pour engager le dialogue avec l'enfant, sur un plan décalé, dans les premiers temps de la rencontre et plus tard également. En français, on pourrait dire griffouillage, comme a choisi de le faire M. Taillandier, dans son article de ce même numéro (2). Dans le GIREP, et à la suite de D. Winnicott, les thérapeutes d'enfants ont développé ce moyen, l'ont étoffé, l'ont utilisé, sans rigidité ni possessivité mais avec bénéfices, dans le travail psychothérapique avec l'enfant et dans certains cas, l'adolescent. Un nom plus personnalisé lui avait été donné, qui traduisait le chemin suivi dans cette utilisation, on faisait du traçadeux. Les sonorités françaises (plus ou moins heureuses aux oreilles de certains) s'alliaient à l'inventivité dans ce néologisme dont il fallait régulièrement redire l'histoire. Alors que le squiggle était toujours là, reconnu de plus en plus largement avec son nom anglais. Pour ma part, j'emploierai alternativement squiggle ou traçadeux ou gribouillis. Dans ce même numéro, l'article de Madeleine Natanson (3) évoque l'utilisation du squiggle dans le déploiement du rêve-éveillé en séance. Pour Noël, dans sa double histoire d'enfant adopté le récit amené par la suite de
doi:10.3917/imin.024.0165 fatcat:m7zrgsv3ljcrbgrft5ne7fqcte