Notes de lecture

2005 Le modèle nordique en période de crise : est-il toujours capable de s?adapter ?  
Distribution électronique Cairn.info pour La Documentation française. © La Documentation française. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que
more » ... uelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -14/02/2020 12:41 -© La Documentation française Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -14/02/2020 12:41 -© La Documentation française NOTES DE LECTURE ■ Sociologie de la santé : institutions, professions et maladies Danièle Carricaburu, Marie Ménoret Éditions Armand Colin, collection « U », Paris, 2004, 235 pages La plupart des ouvrages de la collection « U » publiés par Armand Colin, ont une visée essentiellement pédagogique. Ils font le point sur un domaine, ou plus exactement sur un champ, d'une discipline quelconque. Ils passent en revue les questions et les problèmes, font état des réponses et éventuellement des solutions. Sociologie de la santé n'échappe pas à cette convention. Il se présente d'abord comme un manuel destiné à inventorier le champ de la sociologie de la santé. Il intéressera donc tous ceux qui veulent connaître l'état des réflexions et des acquis au sein de ce dernier. Toutefois, l'ouvrage ne se limite pas à cette dimension pédagogique, il cherche plus fondamenta lement à introduire aux grandes questions de société que pose la gestion de la santé. Or quand on sait la part envahissante que prend celle-ci non seulement dans la vie quotidienne des individus mais plus encore dans la structuration de l'activité sociale et même dans l'économie des sociétés développées voire dans les relations Nord-Sud, on imagine l'intérêt d'une telle ambition. À beaucoup d'égards Sociologie de la Santé constitue un défi. Comment en 200 pages, fussent-elles denses, pouvoir prétendre aborder un champ aussi vaste, aussi peu défini et aussi peu borné que celui de la santé ? Le bon sens populaire ne se trompe pas quand il affirme que « la santé c'est tout ! ». C'est tout parce que la santé renvoie à la maladie dans sa forme aiguë et plus encore peut-être dans sa forme chronique, à son traitement et donc aux institutions, notamment l'hôpital, qui la prennent en charge, aux professionnels de plus en plus nombreux qui s'y consacrent, médecins et soignants, aux usagers de plus en plus actifs, aux pratiques et aux techniques de dépistage et de soins, et on sait qu'en ce domaine combien les recherches en biologie et en génétique ouvrent de perspectives encore mal appréhendées. La santé, la façon dont on la définit et la prend en charge peuvent être ainsi considérées comme le révé lateur de structuration et de tendances lourdes d'évolution de nos sociétés et des relations entre sociétés avec leurs inégalités, leurs priorités et leurs rap ports de force. Fort sagement, les auteures ont limité leurs ambitions et ont laissé de côté, ne les abordant à l'occasion que de façon adjacente, un certain nombre de domaines ou de sous-domaines qui pour n'être pas sans rapport avec la question, font l'objet d'investigations propres, sociologie du corps, sociologie du handicap, sociologie de l'alimentation, etc. 307 Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -14/02/2020 12:41 -© La Documentation française Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -14/02/2020 12:41 -© La Documentation française
doi:10.3917/rfas.051.0307 fatcat:glxlscy23nbutnzigfsakot5iu