Les balles humanitaires

Dr Ferrière
1908 Bulletin International des Societes de la Croix-Rouge  
A chaque uouveau modele de projectile de guerre on entend prononcer le mot de « balle humanitaire », comme si ce point de vue avail jouequelque role dans la creation de cet engin de meurtre. Sans doute les projectiles de petit calibre donnent, dans les conditions noi males du tir, des blessures moins graves que les anciennes balles, mais ce resultat n'est guere qu'un hasard heureux a cote des avantages recherches pour un bon projectile de guerre, qui doit porter loin, avoir une force de
more » ... ne force de penetration considerable, etre leger et d'un volume assez reduit pour permettre un tir rapide. Le bonheur a voulu que ces conditions reunies, compensees du reste largement par l'augmentation considerable de leur puissance vulnerante quant au nombre des blessures produites, donne en somme, a une distance de tir normale, des plaies moins graves, en particulier dans les parties molles du corps. A cet egard la nouvelle balle allemande S a donne lieu a des discussions interessantes. A premiere vueelle semblemoins nocive encore que les pr6c6dentes ; en eSet, sa forme netlement pointue lui permet de pgnetrer dans les tissus pour ainsi dire progressivement, ce qui donne des trous d'entree etde sortie petits et arrondis et des trajets unis et r6guliers '. Les esquilles des os longs sont plus courtes, les dilacerations des parties molles moins etendues. Le poids miaime de cette balle compare a l'ancienne ainsi que sa moindre longueur semble contribuer aussi a ce resultat. C'est du moins le cas a la distance normale du tir; mais il est un revers a la medaille : plus que les autres balles, en effet, celleci a la tendance a culbuter; ce mouvement est rendu d'autant plus facile que la pointe est plus aigue et, par suite, la distance qui separe cette extremite du centre de gravite plus longue. Naturellement lorsque la balle atteint les tissus pendant cette phase culbutante de son parcours, les blessures sont tres graves et etendues ; on les a meme rapprochees, peut-etre avec quelque exageration, de celles produites par les projectiles dits explosifs. Apres cette constatation on peut se demander si cette nouvelle Archives me'dicales beiges. Janvier 1908, p. 66.
doi:10.1017/s1816968600013906 fatcat:mk7e5e5enzembcz4z34ueovcye