Ce que doit savoir un bon contrôleur laitier et beurrier. (Suite)

A.-M. LEROY
1925 Le Lait  
A.-M. LEROY qui se .suivent, a plus de chance de se rapprocher de la' moyenne butyreuse vraie de la lactation entière que la moyenne d'un seul jour donné. L'épreuve .desept jours. -Nous pourrons encore déterminer la richesse moyenne de sept jours qui se suivent. C'est ce qui se fait . dans les épreuves dites de sept jours, très employées aux Etats-Unis, soit quelques jours après le vêlage, soit au bout de huit mois. Elles ont POUY. but, lorsqu'il s'agit d'épreuves après le vêlage, de montrer
more » ... lage, de montrer quelle peut être la puissance de productivité d'une femellelaitière;' quand elles sont faites au huitième mois de la lactation et qu'elles sont favorables, elles montrent de plus 'que la puissance de. productivité s'est maintenue. Il est certain que les épreuves de sept jou~s tous les mois donneraient une image de la valeur de la bête laitière,' qui viendrait, vraisemblablement, se calquer presque sur celle qu'on obtiendrait avec le prélèvement journalier.
doi:10.1051/lait:19254417 fatcat:ontjbac73bewtjp544cp5tmqxe