Entre nouvelles pratiques et nouvelles valeurs, le taquin ressort du temps

Jean-Nicolas Renaud
2015 Staps  
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il
more » ... ueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Le choix du thème « Nouvelles pratiques, nouvelles valeurs » se conçoit dans une dynamique qui, du point de vue historique, positionne la réflexion à une période charnière de la recherche en STAPS. En 1975, la revue Esprit a eu l'heur de mettre à l'honneur les réflexions et les avancées sur le thème de l'éducation physique. Si Christian Pociello interroge le lien entre Sports et sociétés (1981), si Pierre Arnaud questionne Les savoirs du corps (1982), si Bertrand During se penche sur La crise des pédagogies corporelles (1983) ou si Jacques Defrance cherche à définir, la même année, L'excellence corporelle (1983), ces pionniers achèvent successivement le cycle de leur carrière universitaire. Une deuxième puis une troisième vague d'enseignants-chercheurs se sont inscrites à leur suite. Si les thèses en STAPS apparaissent en même temps qu'un « Nouvel âge du sport » en 1987, si deux revues pluridisciplinaires que sont STAPS et Science et motricité émergent dans les années 1980, la génération des personnels des établissements supérieurs en Sciences du sport et de l'éducation physique est aujourd'hui au rendez-vous d'un premier bilan. En effet, la mutation régulière des acronymes qualifiant les lieux de formation montre comment les IREPS deviennent UEREPS puis UFRSTAPS. Dans une société française faisant suite à sa « Seconde révolution » (Mendras, 1994), les activités physiques sont davantage que leur usage au sein de la discipline scolaire. Le corps en mouvement est partout. La dernière orientation en termes de désignation des UFR marque une forme de relation dialectique entre l'éducation physique et les sciences du sport. Qu'il s'agisse du département de l'ENS-Rennes, mais aussi de l'UFR Sport et Éducation Physique de Brest, qu'il s'agisse de l'UPFR des Sports de Besançon et toutes les nouvelles abréviations qui organisent un agencement pluriel -et non duel -des champs de formation, cette double définition est de plus en plus fréquente. La cohorte des pionniers est maintenant passée ; reste l'avenir en construction. Que ce soit à l'occasion de sa conférence inaugurale ou dans sa contribution, la porte ouverte par Christian Pociello dans son article-témoignage sur la construction pratique d'un champ nouveau -ou à défaut innovant -cède ensuite la place à un assortiment d'études émanant de jeunes chercheuses et chercheurs. L'avenir se construit et les travaux publiés ne sont pas des seconds couteaux qui auraient trouvé dans STAPS un secours après avoir été évincés d'une revue mieux cotée. Certains membres du conseil de rédaction se sont interdit de proposer une étude malgré l'intérêt porté à la question, ainsi que l'impose la politique de la revue. L'investissement et la démarche de reconnaissance posent d'ailleurs la question de la difficile coexistence d'un véritable engagement au sein d'une revue d'auteurs maintenant reconnus et l'incapacité de cette population de renom d'abonder par leur propre article. Pour autant, dans la période actuelle de rééquilibrage de sexe dans les instances et dans la grammaire, nous sommes heureux de pouvoir présenter un numéro qui comprenne autant de représentantes que de représentants de la recherche sur la thématique appréhendée. Il s'agit d'un résultat, non d'un choix. Ce numéro spécial constitue donc le point d'achèvement d'un processus commencé il y a près de deux ans avec l'accueil de la VII e Biennale à Rennes. La manifestation, sous l'égide de l'AFRAPS
doi:10.3917/sta.107.0007 fatcat:4rcnhstorjbg5gpdy2bkf2s3xq