Face au terrorisme : peut-on prendre en compte le savoir freudien ?

Anne Bourgain
2002 Topique  
Distribution électronique Cairn.info pour L'Esprit du temps. © L'Esprit du temps. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est
more » ... ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © L?Esprit du temps | Téléchargé le 23/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.225.159) © L?Esprit du temps | Téléchargé le 23/10/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.225.159) PRÉAMBULE L'usage de la terreur par des individus ou des États pour parvenir à leurs fins peut recouvrir d'innombrables significations : cela va de l'instauration d'une idéologie jusqu'à la haine de la démocratie, avec en point de mire la mort de la pensée. En prenant une majuscule en 1793, la Terreur est devenue non plus la peur qu'on éprouve, mais celle que l'on fait éprouver à l'autre, ce procédé utilisé pour contraindre. Si le terrorisme a longtemps été considéré comme l'arme des faibles, il est devenu l'usage plus systématique de la violence pour impressionner les États en terrorisant les populations civiles. Il déborde les cadres dans lesquels on tentait de le maintenir : à côté des formes de terrorisme individuel ou plus souvent collectif, et de terrorisme d'État dans des conflits localisés, on observe un terrorisme international, déterritorialisé. Voici donc, d'entrée de jeu, des termes hautement équivoques qu'il ne faudrait pas cesser d'interroger. Dans un même jeu de miroirs, cette violence peut aussi bien être le fait d'une mouvance aspirant à un plus de liberté que celui de démocraties auto-proclamées ou même de dictatures plus ou moins reconnues. Prendre le terrorisme comme objet d'étude expose ceux qui s'y aventurent, depuis le monde bouillonnant et pluriel de la presse jusqu'à celui en principe plus neutre des sciences humaines, à une mise en abyme : le terrorisme semble appeler, si l'on n'y prend garde, un terrorisme intellectuel. Il est difficile de rester « sur la frontière », lieu d'inconfort, s'il en est, tant on vous somme de choisir votre appartenance. Amin Maalouf a montré combien les identités peuvent être meurtrières. 1 La pathologie des origines, qui mène à la hantise du métissage,
doi:10.3917/top.081.0111 fatcat:tmqnwxh5mncl3p2wev6zuebhei