Jalons pour une histoire de la notion de développement durable

Franck-Dominique Vivien
2003 Mondes en Développement  
a notion de développement durable a fait une entrée remarquée dans le dictionnaire des idées reçues contemporaines. Elle constitue désormais un élément central de la rhétorique des acteurs engagés dans les questions d'environnement et de développement. Avec la récente tenue du Sommet Mondial du Développement Durable de Johannesburg, le grand public n'ignore plus cette expression, qui a été reprise par l'ensemble des commentateurs, allant des journaux économiques à la presse féminine, en passant
more » ... éminine, en passant par les publicités des annonceurs. Au-delà d'un incontestable effet de mode, cette notion est caractérisée par un très grand flou sémantique, qui n'est pas pour rien dans l'abondant usage qui en est fait. Même si une des définitions figurant dans le rapport Brundtland est la plus souvent reprise 1 , bien d'autres ont été proposées, suscitant à leur tour de multiples interprétations. La difficulté de traduire l'expression «sustainable development», qui n'a pas d'équivalent en français, rajoute encore à la confusion : des distinctions entre les qualificatifs de «durable», «soutenable», «viable» ont été proposées pour s'efforcer d'y voir clair, mais peine perdue tant la diffusion est rapide et la polysémie toujours présente. Pour tenter de mettre un peu d'ordre dans cette foisonnante littérature, nous nous proposons de revenir sur les origines et les antécédents de l'idée de développement durable, tout en étant bien conscient que, malgré l'existence d'un certain nombre de travaux (Pezzey (1989), Godard (1994) , Vivien (2001) ) sur cette question, l'histoire de cette notion, forgée au croisement de plusieurs disciplines et traditions intellectuelles, reste encore largement à écrire. Nous allons procéder ici en trois temps. Une première partie nous permettra de replacer la question du développement durable dans le prolongement d'un débat ancien en économie, portant sur l'étude des contradictions engendrées par le processus d'accumulation des richesses. Dans une deuxième partie, nous nous focaliserons sur ce qui peut apparaître comme une des contradictions majeures de cette dynamique accumulative, à savoir la dégradation de
doi:10.3917/med.121.0001 fatcat:u2xvy5lfm5cupo4fenzqhpluhu