Le droit à la ville de Henri Lefebvre à David Harvey

Jean-Pierre Garnier
2014 L Homme et la société  
Distribution électronique Cairn.info pour L'Harmattan. © L'Harmattan. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf
more » ... t interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.234.64 -31/05/2020 08:25 -© L'Harmattan Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.234.64 -31/05/2020 08:25 -© L'Harmattan L'homme et la société, n o 191, janvier-mars 2014 Le droit à la ville de Henri Lefebvre à David Harvey Entre théorisations et réalisation Jean-Pierre GARNIER Depuis sa mise sur orbite conceptuelle par Henri Lefebvre, le « droit à la ville » a fait l'objet de multiples interprétations. Exégèses, gloses, récupérations voire falsifications se sont succédé sans que l'on puisse aboutir à une définition stabilisée faisant l'unanimité. Ce qui explique en partie que beaucoup d'acteurs des politiques urbaines aient pu invoquer ce droit ou s'en réclamer alors que sa traduction sur le terrain restait, pour user d'une litote, peu apparente. Quarante ans plus tard, David Harvey tentait de mettre les points sur les i dans un article remarqué 1 . Loin de paraphraser le déjà-dit, il s'employait, sur la base d'une analyse appronfondie et actualisée du rôle de l'urbanisation dans la reproduction des rapports de production capitalistes, à préciser le sens et la portée du droit à la ville. Dans quelle mesure l'apport du géographe « radical » anglais constitue-t-il une actualisation voire un dépassement de la pensée du sociologue français « dissident » sur la question, et permet-il de progresser dans l'exploration des voies et des moyens pour faire de ce droit une réalité ? * * * Confronter la conception de Henri Lefebvre sur le « droit à la ville » avec celle de David Harvey ne peut se limiter à un exercice scolastique. Une telle confrontation n'a de sens, sur le plan qui est le mien, politique et non pas seulement académique, que si elle dépasse le domaine de l'in-
doi:10.3917/lhs.191.0059 fatcat:ee2k7gix3zbfjmgkirrfbovtne