"Réhabilitation de l'enseignement du français deuxième langue dans les écoles publiques en Egypte, par l'intégration des TICE."

غادة عمر
2013 مجلة کلية الآداب . جامعة الإسکندرية  
1 Introduction « ...Il me faut des projets même si le plus souvent ils ne se réalisent pas, pour que le présent ne risque pas d'être immobile ». Jean Bertrand Pontalis Aujourd'hui la place occupée par les nouvelles technologies de l'information et de la communication dans l'enseignement est constamment en évolution. Il est de plus en plus évident que l'intégration des TICE dans l'éducation est un facteur important pour aider les élèves à acquérir les compétences nécessaires pour réussir dans le
more » ... our réussir dans le monde moderne et les enseignants à améliorer les méthodes pédagogiques grâce aux outils interactifs afin de créer un environnement d'apprentissage plus riche et stimulant. De plus en plus d'écoles et d'universités sont équipées d'ordinateurs, mais cela ne suffit pas pour intégrer les TICE dans l'éducation. On constate que les enseignants ne sont pas suffisamment formés pour tirer pleinement parti des TICE dans l'enseignement. L'insistance sur des apprentissages individualisés pour lesquels les interactions entre pairs prennent une place tout à fait importante, loin d'omettre la place du maître -comme le jugent certains -au contraire, celle-ci vise 2 plutôt à lui attribuer de nouveaux rôles, à savoir, celui de guide, de médiateur, d'ingénieur pédagogique devant aider l'apprenant à se situer parmi ces nouveaux systèmes de représentations du savoir. L'enseignant doit ainsi organiser les savoirs à transmettre à l'apprenant en ayant toujours recours à des pratiques médiatiques ou à un medium (documents imprimés ou électroniques, d'images et de textes, de plages visuelles, des représentations matérielles, en bref etc.) capables d'un côté de rendre sa communication avec les apprenants médiate et de l'autre faciliter l'apprentissage. Prenant appui sur un cursus universitaire faisant suite à un vécu scolaire, la formation initiale d'un jeune professeur doit, à notre avis être couronnée, par une formation continue de qualité dans le but d'améliorer, la performance de ce dernier et avoir ainsi droit à un enseignant "expert" dans les nouvelles acquisitions des technologies modernes de l'enseignement s'inscrivant dans les " réseaux " d'interaction de la classe. 1.1.1. Politiques et actions en termes d'intégration des TIC et formation des enseignants aux pratiques d'apprentissage et d'enseignement à l'échelle nationale L'amélioration de l'enseignement et la nécessité d'un essor informatique est devenu un défi non seulement dans le monde entier, mais aussi en Egypte. La première conférence du pays portant sur le domaine de l'informatique, organisée par le Cabinet de l'Information et Aide à la Décision (IDSC) 1 en 1999 a prévu un plan quinquennal destiné à renforcer l'intégration des TICE en Egypte. Après la conférence, le gouvernement a créé un nouveau Ministère de la Communication et des Technologies de l'information (MCIT) 2 qui a été chargé de superviser l'évolution de la société de la connaissance en Egypte en travaillant sur le développement des ressources humaines, la promotion et le développement de logiciels internes et des alliances internationales. En fait, le plan de la MCIT 1 The Egyptian Cabinet -Information and Decision Support center (IDSC) www.idsc.gov.eg 2 Ministry of Communications & Information Technology (MCIT) www.mcit.gov.eg 4 a cherché à s'appuyer sur les secteurs publics et privés afin de moderniser la société égyptienne, avec une allocation de 338 millions de dollars jusqu'en 2002. Alors que la MCIT a pris les devants dans la promotion des TICE à travers l'Egypte, les services publics sont coordonnés par le gouvernement national. L'IDSC, MCIT et d'autres ministères travaillent en permanence sur de nouvelles initiatives pour la numérisation des contenus relatifs au gouvernement cherchant à la fois à promouvoir l'utilisation publique de l'Internet, et rationaliser les processus de l'administration des services gouvernementaux. Conscient de l'importance vitale de l'éducation comme moteur de l'économie, et secteur affectant tous les autres, le gouvernement égyptien a longtemps fait de la réforme éducative une priorité, comme en témoignent d'ailleurs le taux des dépenses publiques qu'il reçoit (1/3 des dépenses publiques). Un élément majeur de cette réforme est l'utilisation de la technologie dans l'éducation. Travaillant en étroite collaboration avec le ministère de l'Éducation et le ministère de l'Enseignement supérieur, le MCIT a prévu une planification stratégique pour une meilleure utilisation des TIC dans l'éducation à travers 5 un certain nombre de projets dont le plus marquant fut l'Initiative égyptienne d'éducation l'EEI 3 (EEI), lancé comme un projet de partenariat public-privé entre le gouvernement de l'Egypte et de la communauté des TICE du Forum Economique Mondial en tant que modèle progressiste pour la réforme du système d'éducation en Egypte. Les secteurs visés par l'EEI se répartissent comme suit: pré-universitaire, enseignement supérieur, apprentissage continu et développement de l'industrie des TICE). Les secteurs à la fois pré-universitaire, et universitaire visent à accroître la capacité des responsables de l'éducation à planifier, mettre en oeuvre des projets et programmes, susceptibles d'améliorer le processus éducatif. Ceux-ci tendent également à organiser des e-formation pour les enseignants et les administrateurs scolaires/universitaires dans le but de renforcer leurs compétences professionnelles et les rendre capable d'utiliser pleinement les TICE dans l'enseignement, et la gestion des écoles/universités, améliorer la prestation de matériel didactique à travers un large éventail de technologies disponibles, conduisant au développement des compétences du 21e 3 Egyptian Education Initiative (EEI) www.eei.gov.eg 6 siècle entre autres la pensée critique, la résolution de problèmes et une culture du travail en équipe. Ces objectifs peuvent être atteints par le développement de modèles économiques appropriés, l'intégration durable des TIC dans le système d'éducation, l'accélération du déploiement des infrastructures de haute qualité à des coûts raisonnables pour accroître l'accessibilité dans les écoles/universités, et finalement l'établissement d'un système d'assurance qualité et d'accréditation. Ainsi l'intégration des TICE dans les pratiques de l'apprentissage et de l'enseignement obligatoire et supérieur s'est-elle réalisée suivant des phases bien définies: le lancement de nombreux projets en collaboration avec l'Unesco 4 et l'AUF, l'équipement des établissements de l'enseignement obligatoire et universitaire par des ordinateurs, des moyens multimédias, le développement professionnel des enseignants et celui des logiciels et la création de programmes pilotes fondés sur les orientations stratégiques globales de ces institutions et nécessaires à l'intégration des TICE dans le travail des écoles et des établissements de l'enseignement supérieur. L'objectif actuel est de s'assurer que la politique suivie en vue 4International Telecommunication Union (ITU) www.itu.int/ITU-D/ict_stories/themes/e-government.html 7 l'intégration des TICE dans l'éducation est adaptée à la politique éducative globale. Cela est particulièrement important puisque selon les données récemment recueillies, la pratique dans les établissements scolaires/universitaires demeure un mélange de l'ancien et le nouveau. En coopération avec le Ministère de l'enseignement supérieur, MCIT a également mis en place des laboratoires e-Learning dans toutes les universités égyptiennes. Les laboratoires sont gérés par des professionnels hautement qualifiés issus de sociétés réputées. MCIT a aussi installé 300 clubs informatiques dans les universités égyptiennes, et a modernisé les universités égyptiennes et le Réseau de recherche (EURN), reliant toutes les universités et centres de recherche à l'Internet. D'ailleurs, le décret présidentiel approuvé par l'Assemblée du peuple (Loi N˚82, pour l'année 2006) annonçant la fondation de L'Organisation Egyptienne pour Assurance Qualité et Accréditation (NAQAAE) 5 le 8 novembre 2007 peut être considéré comme une étape vers l'amélioration de la qualité de l'enseignement en Egypte et son développement dans le but de rendre à la société sa confiance dans le système éducatif. L'organisation en question compte surtout parmi ses objectifs l'assurance de la qualité de l'éducation et l'accréditation des établissements d'enseignement en fonction de leurs messages, leurs objectifs déclarés, à travers des systèmes et des procédures qui dénotent l'indépendance, la justice et la transparence. Les résultats de l'évaluation des programmes récemment reformés effectuées par des experts à la NAQAAE et des conseillers au Ministère de l'Education, a souligné la nécessité de former les enseignants sur la méthode d'enseignement de ces premiers matériaux. 1.1.2. Politiques et actions en termes d'intégration des TIC et formation des enseignants aux pratiques d'apprentissage et d'enseignement à l'échelle microlocale: détermination du cadre institutionnel La vision d'un apprentissage qui se réalise par l'intermédiaire des TICE, n'est pas neuve en elle même, c'est plutôt sa traduction dans les dispositifs de formation qui l'est davantage et c'est exactement cela qui nous intéresse le plus. 9 Depuis plus de vingt ans déjà, nous avons commencé notre carrière d'enseignante dans une des filières francophones de province responsable de la formation des futurs professeurs de langue françaiseen tant que langue seconde -dans les écoles publiques. Le nombre d'étudiants que nous avions dans le temps augmentait d'une année à l'autre. Ceux-ci étaient supposés avoir fait à peu près trois ans de langue française, vu l'absence d'écoles de langues dans la province où nous travaillions. Mais cela ne les empêchaient pas de se montrer très intéressés par l'apprentissage de la langue, de la littérature et de la civilisation françaises. Leur enthousiasme dépassait de loin celui des apprenants, ayant fait plus de 13 ans de français. Mais durant toutes ces années nous n'avions remarqué aucun changement dans les méthodes d'enseignement pas seulement chez nous mais dans les autres départements de français aussi. Nous ne pouvons pas dire que cela est dû à des problèmes financiers puisque nos professeurs ont le privilège en tant qu'enseignants dans une faculté de province, d'assister à de nombreux stages de formation subventionnés par l'AUF (Atelier Transfer, Simulation globale, Terminologie, etc.) et les salles de classes dans notre 10 faculté sont même bien équipées (tableau interactif-Data show projecteur-ordinateur-laboratoire phonétique, etc.). En effet, pendant des années les TICE étaient utilisés, dans notre département, dans le cadre d'une classe enrichie ou le professeur assumait son rôle éternel de transmetteur, seul détenteur du savoir: Approche insuffisante surtout lorsqu'il s'agit de vouloir révolutionner le rapport à la fois des apprenants et des enseignants au savoir. 1.2. Problématique La situation s'est aggravée encore, quand depuis quelques années, l'apprentissage de la langue française dans les écoles publiques s'est réduit juste à un semestre ou même moins selon les derniers règlements du diplôme de fin d'études secondaires. Ce qui a eu par la suite un impact négatif sur le nombre d'étudiants (une vingtaine d'étudiants, même des fois moins, par promotion actuellement) dans le département et la qualité de la langue utilisée par ceux-ci. Partant de l'importance de l'apprentissage des langues dans un monde qui s'ouvre de plus en plus et conscient que l'expérience de l'apprentissage des langues à un âge précoce aide beaucoup plus 11 l'apprenant à la maîtrise de la langue, le Conseil suprême pour l'éducation pré-universitaire, avait dû réviser cette décision et avait préconisé de commencer à enseigner la langue française, à partir de la première préparatoire de façon préliminaire et expérimentale dans plusieurs provinces dont "Alexandrie, Gizeh, Ismaïlia, Qena, Port-Saïd, en plus de la ville de Louxor, à commencer de l'année scolaire 2008/2009. Les autres provinces égyptiennes devraient suivre par la suite. Ceci bien sûr a nécessité la mobilisation et la préparation d'un bon nombre d'enseignants par l'intermédiaire des formations de qualité. 1.3. Identification du public visé La population à qui est destiné le projet de formation ou d'enseignement est constituée de professeurs de français deuxième langue des écoles publiques de filles et /ou de garçons (préparatoires et secondaires) en Egypte. 1.4. Conclusion de l'analyse de la situation de départ L'étude que nous venons de faire de la situation de départ a bien souligné d'un côté, l'attachement du gouvernement égyptien à généraliser l'expérience de 12 l'utilisation des TICE dans les domaines respectifs de l'enseignement et la formation et de l'autre bien sûr le décalage existant entre les moyens fournis par le gouvernement et la capacité des enseignants à les utiliser et à en tirer profit. 2. Etude des besoins L'analyse des besoins réels des utilisateurs se présente comme la première étape à prendre en considération quand il s'agit de réaliser un projet de formation. En effet, cette étape d'étude des besoins a été d'une importance cruciale pour le développement de notre projet. 2.1. Objectifs de l'enquête L'objectif de cette étude des besoins que nous envisageons réaliser auprès de la population cible de notre projet est de parvenir, dans un premier temps, à distinguer entre l'état actuel et l'état attendu afin de parvenir, par la suite, à proposer pour chaque niveau d'analyse des perspectives d'action afin de remédier aux manques de la situation actuelle. 13 2.2. Méthodologie adoptée 6 Nous avons choisi de combiner deux méthodes différentes mais complémentaires: 2.2.1. Etude empirique et analyse documentaire D'une part, nous avons fait appel à une étude empirique et à une recherche documentaire très fouillées basées sur les documents officiels issus de l'IDSC, du MCIT, de la EEI et de la NAQAAE, pour mieux évaluer la situation du départ à l'échelle nationale et micro-locale du point de vue, importance et utilisation des TICE notamment dans les domaines de l'enseignement et la formation des enseignants et des administrateurs dans les établissements préuniversitaires et universitaires en Egypte et les démarches entreprises par le gouvernement à ce sujet. Ce qui nous a permis de s'assurer de l'utilité et l'émergence du projet de formation que nous proposons, de son utilisabilité par la population cible grâce à l'évaluation de la disponibilité des moyens techniques, des ressources humaines et financières nécessaires à sa réalisation, et finalement de son 6 Pour l'élaboration de cette étape de notre projet nous avons eu recours au cours de "Méthodologie de recueil et d'analyse de données", conçu par HEDJERASSI Nassira 14 acceptabilité c'est-à-dire la possibilité de rendre ce dispositif compatible avec les pratiques, les ressources, les contraintes, les objectifs des apprenants et de l'institution de formation-enseignement. 7 2.2.2. Questionnaire D'autre part, la deuxième méthode de collecte de données pour laquelle nous avons opté c'est le questionnaire. C'est un moyen de collecte relativement rapide, pratique et facile à mettre en oeuvre, analyser et traiter. Réalisé auprès de notre population cible (les enseignants de français dans les écoles préparatoires/secondaires publiques en Egypte) cet instrument a pour objectif de définir la situation actuelle de l'enseignement de la langue française dans les écoles, l'usage fait des TICE, de même que les lacunes constatées chez les élèves. Notre choix de cette technique relève aussi de la nécessité de disposer des données quantitatives et qualitatives sur les caractéristiques de notre population cible (besoins réels en formation, difficultés affrontées (technique, pédagogique), propositions, expérience et données 7 André Tricot, Fabienne Plégat -Soutjis et al. , "Utilité, utilisabilité, acceptabilité: interpréter les relations entre trois dimensions de l'évaluation des EIAH" 15 personnelles). Il est constitué de (35) questions de différents types:  Questions fermées (à choix dichotomiques, ou multiples, avec échelles);  Questions ouvertes Toutefois, certaines questions "ouvertes"-parfois peu appréciées par les enquêtés -ont été posées d'une part pour mieux cerner les difficultés et analyser les besoins de notre public cible, et d'autre part pour obtenir de nouvelles propositions et de nouvelles possibilités d'amélioration. 2.2.3. Echantillonnage 2.2.4. Taille et composition de la population de référence La population de base sur laquelle porte notre étude est constituée de 25 enseignants/enseignantes des écoles préparatoires/secondaires répartis sur plusieurs gouvernorats. Le choix du panel des établissements retenus a été réalisé sur la base de critères prenant en compte la variété de la situation géographique des gouvernorats (Milieu rural/urbain), l'équipement des écoles d'ordinateurs et centres de ressources 16 multimédias. Il est vrai que celui-ci peut apparaître difficile à délimiter vu les disparités géographiques marquant notre champ d'investigation. Cependant, loin de voir dans cette disparité un obstacle à la réalisation de notre projet, celle-ci nous a paru par contre un moyen susceptible d'élargir la base des bénéficiaires de la formation à prévoir en cas de la validation de notre projet. Les enseignants ayant suivi la formation que nous leur proposerons seraient à leurs tours responsables de diffuser le savoir appris durant celle-ci, non seulement au sein de leurs établissements mais aussi et surtout chacun(e) dans la zone géographique à laquelle il/elle appartient. Le nombre d'écoles secondaires faisant l'objectif de notre recherche dépassent de loin bien sûr celui des écoles préparatoires. Car comme nous l'avons déjà précisé, l'intégration de l'enseignement de la langue française dans les écoles préparatoires est en train de se faire suivant des étapes bien déterminées 8 . Leur répartition par gouvernorat, écoles et par genre est fournie dans le tableau cidessous : 8 Cf. Supra p.5
doi:10.21608/bfalex.2013.152640 fatcat:t6shddzg5jehfpg7fxchxngpv4