Falstaff et l'honneur

Jacques Ramel
2007 Libres cahiers pour la psychanalyse  
La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il
more » ... ueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 08:49 -© In Press Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 08:49 -© In Press Falstaff et l'honneur JACQUES RAMEL P OUR LES CONTEMPORAINS DE SHAKESPEARE, qui vivent les dernières décennies d'une culture qui remontait à bien des siècles, l'ordre cosmique est un ordre divin, instauré par Dieu ; le désordre ne peut exister que s'il est voulu par Dieu et accompli à travers la Providence, et il a nécessairement un sens puisqu'il est l'émanation de la volonté divine. Le désordre, la guerre, les troubles politiques peuvent apparaître absurdes au premier abord, comme des accrocs dans la texture normale des sociétés ; mais une mise en perspective permet toujours d'en dégager la logique si l'on se place dans une optique providentielle. Il peut s'agir d'une punition pour une faute, ou au contraire d'une mise à l'épreuve ; il peut s'agir d'un événement incompréhensible en lui-même, mais indispensable comme simple maillon dans un enchaînement qui, lui, a un sens. De toute façon, si l'homme ne comprend pas le dessein de Dieu, il ne peut cependant pas douter de l'existence de ce grand dessein et ne peut qu'incriminer son incapacité à comprendre Dieu, les voies du Seigneur étant, c'est bien connu, impénétrables. Dans cette vision purement providentielle de l'histoire, les événements historiques étaient imposés de l'extérieur dans le but de guider, de récompenser, ou de punir les hommes, par le jeu de la Providence divine. « Est-ce que l'honneur peut remettre une jambe ? Non. Un bras ? Non. Soulager la douleur d'une blessure ? Non. L'honneur ne connaît donc rien à la chirurgie ? Non. Qu'est-ce que l'honneur ? Un mot. » Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 08:49 -© In Press Document téléchargé depuis www.cairn.info ---207.241.231.108 -13/02/2020 08:49 -
doi:10.3917/lcpp.016.0117 fatcat:7arqs3uohrflxlcnau7sv7k7qe