Pourquoi faut-il pleurer les paysans ?

Yves Dupont
2005 Ecologie & politique  
Distribution électronique Cairn.info pour Presses de Sciences Po. © Presses de Sciences Po. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit,
more » ... anière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit. Powered by TCPDF (www.tcpdf.org) © Presses de Sciences Po | Téléchargé le 20/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) © Presses de Sciences Po | Téléchargé le 20/12/2020 sur www.cairn.info (IP: 207.241.231.83) Porrrqrroi f,arrt.il plerrrer les paysans ? Yvrs Duporr Gtest en ayant en pennanence à l'esprit quelquesuns des indicateurs les plus tragiques de la situation actuelle des paysans sur la planète que j'ai conçu et rédigé cet article. Je n'oublierai donc à aucun moment que sur les 6,4 milliards d'individus qui l'occupent aujourd'hui, on ne peut pas en effet écrire qui l'habitent, 25 milliards (soit 39 Vo) sont des paysans, dont environ 1,3 milliard d'actifs agricoles; qu'environ 1"2 milliard de personnes (dont75 Va dans les campagnes) vivent, selon les données de la Banque mondiale, avec moins de I dollar par jour dans un étatde << pauvreté extrême >>. Que 500 millions de personnes sont des paysans << sans terre >>; que toutes les 7 secondes un enfant au-dessous de 10 ans meurt de faim; que des centaines de millions de paysans déracinés on en voie de l'être en Chine (< l'atelier >> de la planète), en Inde (le << bureau >> de la planète), en Afrique, au Brésil, en Indonésie, au Bangladesh, etc. survi-
doi:10.3917/ecopo.031.0025 fatcat:6smc32cjnrf4jfcpjrlanfz5by