Les composantes de l'acidose ruminale et les effets acidogènes des rations

D. SAUVANT, F. MESCHY, D. MERTENS
1999 INRA Productions Animales  
L'état d'acidose ruminale latente constitue une des préoccupations majeures de la nutrition moderne des animaux ruminants. En effet, l'accroissement des potentiels de production a entraîné l'apport de rations plus concentrées en énergie. De ce fait, le rumen de ces animaux doit traiter des quantités accrues de matières organiques fermentescibles et les fermentations plus intenses consécutives entraînent un état d'acidose aux effets zootechniques défavorables : interactions digestives négatives,
more » ... gestives négatives, dégradation du taux butyreux du lait, pathologies digestives et métaboliques... L'état d'acidose est également atteint car la sécrétion salivaire qui recycle les tampons ruminaux est insuffisante par rapport aux acides organiques produits par les fermentations. L'état d'acidose est apprécié à travers la mesure du pH de la panse. On estime que le pH moyen au cours d'une journée ne doit pas être inférieur à une valeur approximative de 6,25. Les recherches ont permis de montrer que de nombreuses caractéristiques des rations présentaient une influence sur le pH ruminal. Si on se réfère à la valeur seuil moyenne minimale de 6,25, il est possible de définir des limites pour les différentes caractéristiques mesurées sur les rations. Certaines limites recommandées se présentent sous forme de minima ; ainsi on estime qu'il faut au minimum 35 % de NDF/MS, 25 % de NDF de fourrage/MS, 2,5 mm de taille moyenne des particules de la ration ou 40 % de la MS sous forme de particules de taille supérieure à 2 mm. On sait en outre que l'indice de mastication de la ration doit être supérieur à 40 min/kg MS ingérée. Il existe également des recommandations de seuil maximum à ne pas dépasser. Ainsi la proportion d'aliments concentrés doit rester inférieure à environ 45 %/MS, celle d'amidon à 25 %/MS et celle d'amidon dégradable dans le rumen à 20 %/MS. D'autre part, il est connu que les niveaux élevés d'ingestion vont de pair avec un transit plus rapide et un pH plus faible, ainsi le pH moyen passe en dessous du seuil de 6,25 lorsque la MS ingérée excède environ 2,5 % du poids vif. Enfin les rations peu mastiquées sont ingérées rapidement et sont, de ce fait, acidogènes. On estime ainsi que chez le bovin la vitesse moyenne d'ingestion doit être inférieure à 50 g/min pour que les fermentations ruminales soient normales. En cas de risque avéré d'acidose, il est recommandé d'apporter des substances tampons à la ration, à une dose de l'ordre de 1 à 2 % de la MS ingérée. En conclusion, il est important de chercher à mieux caractériser les rations et aliments offerts aux ruminants en prenant en compte des critères " sécuritaires " en plus des paramètres classiques de valeur nutritive. Un exemple de méthode de prévision du pH à partir de tels critères est présenté.
doi:10.20870/productions-animales.1999.12.1.3854 fatcat:zywob5xqj5fwphs25zqiao6m3y