La santé de la reproduction en milieu rural ivoirien

Agnès Adjamagbo, Agnès Guillaume
2001 Autrepart  
La santé de la reproduction en Afrique Au cours des vingt dernières années, la santé de la reproduction est devenue une des priorités des institutions internationales en matière de développement des pays du Sud. Dans le programme d'action de la Conférence internationale sur la population et le développement, tenue au Caire en septembre 1994, le terme de santé de la reproduction est défini comme « le bien-être général, tant physique que mental et social, de la personne humaine, pour tout ce qui
more » ... , pour tout ce qui concerne l'appareil génital, ses fonctions et son fonctionnement et non pas seulement l'absence de maladie ou d'infirmité » [Nations unies, 1997] . Une telle conception introduit un champ d'intervention très large, en même temps qu'elle s'adresse désormais à d'autres populations que le traditionnel couple mère-enfant, puisqu'elle inclut les adolescents, les hommes, les femmes ménopausées, les populations déplacées et réfugiées. Cette définition met aussi l'accent sur le principe « du droit fondamental de tous les couples et les individus de décider librement et avec discernement du nombre de leurs enfants et de l'espacement de leurs naissances et de disposer des informations nécessaires pour ce faire, et du droit de tous d'accéder à la meilleure santé en matière de sexualité et de reproduction ». Ceci implique en d'autres termes que tous, hommes et femmes pris individuellement ou en couple, puissent disposer du même droit d'être informés, d'accéder à des services de santé et de faire un libre choix des recours qui s'offrent à eux. Ainsi, cette notion de santé de la reproduction nécessite un préalable majeur : celui d'une répartition équitable du pouvoir et des responsabilités entre les sexes, en particulier entre les conjoints au sein des unions. Cette nécessité est d'ailleurs exprimée dans les recommandations du Caire qui stipulent que « ces politiques et programmes favorisent l'établissement de relations de respect mutuel et d'équité entre les sexes ». En Afrique subsaharienne, la réalisation d'une telle condition n'est pas sans poser problème, comme l'ont montré les débats houleux sur cette question particulière de l'égalité des droits en matière de reproduction lors de la conférence africaine préparatoire à la Conférence mondiale de Beijing sur les femmes en 1995. En effet, les représentants des États africains réunis pour cette occasion ont eu bien
doi:10.3917/autr.019.0011 fatcat:525gefnpuvgfvlu6rkpq463wii