Lettre à la solitude

2006 Reliance  
Je reviens d'un voyage au coeur d'une contrée emmitouflée dans la lenteur du rythme. Qui est contraint d'y séjourner, dessaisi de la liberté de fuir, qui prend le temps d'accueillir cette lenteur en lui touche alors l'incroyable puissance souterraine de l'immobilité apparente, force irradiante d'une énergie close sur elle-même. L'extrême lenteur pétrit imperceptiblement mais efficacement la pâte d'où se remodèlera le geste.
doi:10.3917/reli.019.0117 fatcat:xrt7ghazovfjdjkihwuwkg7owu