L'insertion des usines de traitement d'eau en milieu urbain - contraintes et résultats

Didier Haegel, François Blondeau
1992 La houille blanche  
La réalisation d'usines de traitement d'eau, et notamment de stations d'épuration en milieu urbain, est parfois une nécessité. Elle implique le respect de contraintes spécifiques: l'emploi de procédés compacts, la mise en oeuvre de fonctions complémentaires, une sécurité et une exploitabilité renforcée... Des réalisations spectaculaires montrent que l'on peut associer ces contraintes à une protection optimale de l'environnement. Ce sont les usines de: Marseille, Monaco, Antibes, St Cyr-sur-Mer,
more » ... es, St Cyr-sur-Mer, la Ciotat, Col de Villefranche, St Tropez, Embrun. Le 12 octobre 1977 était publié en France le décret 77-1141 rendant obligatoire la réalisation d'une étude d'impact pour les ouvrages d'épuration des eaux usées des collectivités locales. Cette action n'était que la traduction du souci de nos concitoyens de se voir protégés contre les nuisances de tous ordres. Mais les usines de traitement d'eau sont des ouvrages relativement importants dont l'implantation doit, en premier lieu tenir compte de contraintes liées à la topographie et à l'architecture du réseau. Ceci est particulièrement vrai pour les stations d'épuration des villes littorales où, par nature, la zone d'urbanisation dense est aussi celle où se concentrent les collecteurs vers le point de rejet à l'exutoire. Les concepteurs des usines d'eau ont été amenés à réaliser des ouvrages situés soit en ville soit au bord de mer, dans des zones très sensibles où leur intégration implique la mise en oeuvre de solutions spécifiques tant au niveau des procédés qu'à celui de leur adaptation aux sites d'accueil. La réussite, en l'espèce implique le respect des concepts suivants: -réduction de l'impact visuel et intégration architecturale, -prévention des nuisances olfactives et sonores en limitant l'interface « station-atmosphère», -confinement des installations. Ainsi se dessinent les caractéristiques d'une usine compacte porteuse du label « Nuisance zéro» qui outre sa fonction première de traitement de l'eau, respecte aussi tous les aspects de l'environnement. Les contraintes des usines d'épuration «nuisance zéro » Des procédés « compacts » Pour réduire l'interface entre l'usine et son voisinage, les concepteurs font appel à des procédés de traitement compacts et, par conséquent, à haute charge volumique. C'est ainsi que l'on a vu se développer au cours des dernières années la technologie de la décantation lamellaire et des procédés d'épuration biologique par culture fixée sur lit immergé. La première par la mise en place de radiers intermédiaires entre la surface et le radier assure en même temps: la diminution du temps nécessaire aux particules pour atteindre la surface de dépôt et l'accroissement de l'aire de dépôt par mètre carré de surface libre. A efficacité égale, un décanteur lamellaire occupe une surface 5 à 10 fois plus faible que celle d'un ouvrage conventionnel. Ce rendement LA HOUILLE BLANCHE/ N°6-1992 453 Article published by SHF and available at
doi:10.1051/lhb/1992042 fatcat:lljbfbxgdjfu7jqcwdbarlrc6a